Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,98 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0845
    +0,0038 (+0,35 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    -4,10 (-0,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 854,39
    +746,60 (+1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,87 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,04 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,62 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,04 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2660
    +0,0034 (+0,27 %)
     

Luc Besson : la justice écarte définitivement les accusations de viol contre le réalisateur

Michele Tantussi/AGF/SIPA

La Cour de cassation a entériné la non-culpabilité de Luc Besson. Accusé de viol par l’actrice Sand Van Roy, le réalisateur français a bénéficié d’une décision favorable de la plus haute juridiction française. Cette dernière a rejeté le pourvoi formé par la plaignante contre le non-lieu prononcé en décembre 2021, puis confirmé par la Cour d’appel de Paris en mai 2022, a appris l’AFP mercredi.

Le 18 mai 2018, en pleine vague du mouvement #MeToo, l’actrice belgo-néerlandaise de 35 ans avait porté plainte contre le réalisateur pour viol. Lors de son témoignage, devant la police, elle avait accusé Luc Besson de l’avoir forcée à une pénétration digitale, malgré ses exhortations à arrêter. Sand Van Roy avait déposé une autre plainte pour viol et agressions sexuelles commis entre 2016 et 2018.

« Relation d’emprise professionnelle », « subordination »

L’actrice, qui a joué dans certains films de Luc Besson avait décrit une « relation d’emprise professionnelle » se traduisant par des menaces de « rétorsion sur sa carrière d’actrice ». Luc Besson avait qualifié cette relation extraconjugale de « subordination », tout en déniant les faits dénoncés. Selon son témoignage, le rapport était « consenti » et empreint de « douceur ».

Si la décision de la Cour de cassation clôt la séquence judiciaire, l’actrice a promis de poursuivre les « procédures en cours » et de « saisir la Cour européenne des droits de l’homme », sur son compte Twitter.


Lire la suite sur LeJDD