Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 107,80
    -540,00 (-0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Le «Los Angeles Times» prévoit des licenciements, les journalistes se rebellent

Luis Sinco

C’est une grande première en cent quarante-deux ans d’existence. Le Los Angeles Times, quotidien emblématique de la deuxième plus grande ville des États-Unis, se retrouve en grande difficulté financière. Pour pallier cela, le journal américain envisage des licenciements, sans pour autant avoir donné de chiffres. Selon plusieurs médias américains, relayés par Ouest-France, cela pourrait concerner une centaine de journalistes, soit environ un cinquième de l’effectif.

Le Los Angeles Times aurait, en effet, perdu entre «30 et 40 millions de dollars l’année dernière», selon une source proche du dossier. De manière globale, la presse écrite va très mal dans le pays et, malheureusement, les journaux s’éteignent au fur et à mesure. Ainsi, plus de 130 journaux ont fermé ou ont été absorbés en 2023 aux États-Unis, soit 2,5 par semaine, selon le dernier rapport annuel de l’école de journalisme de la Northwestern University. D’ici la fin de l’année, le pays devrait avoir perdu un tiers de ses journaux en moins de vingt ans.

En réaction à l’annonce d’un possible plan de licenciements, des dizaines de journalistes du média se sont rassemblés le lendemain, vendredi 19 janvier, pour contester. «Les modifications de notre contrat que la direction tente de nous faire accepter sont indécentes et intenables, a dénoncé Brian Contreras, un responsable syndical du journal. Si la direction pense que notre situation financière est intenable, elle doit s’asseoir à la table des négociations en toute bonne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : la Bourse de Paris décolle après le record à Wall Street, la BCE dans le viseur
La FDJ sort le gros chèque pour s’offrir la maison mère d’Unibet
«L’Oréal est sur le fil du rasoir en Bourse», où va le géant du CAC 40 ?
SES-imagotag : le numéro 1 mondial de l’étiquette électronique est français
Bourse, immobilier… «tôt ou tard, les bulles se dégonflent, gare à un krach massif et durable»