Publicité
Marchés français ouverture 1 h 58 min
  • Dow Jones

    37 735,11
    -248,13 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    15 885,02
    -290,08 (-1,79 %)
     
  • Nikkei 225

    38 375,58
    -857,22 (-2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0617
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    16 279,56
    -320,90 (-1,93 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 837,35
    -2 395,95 (-3,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 061,82
    -61,59 (-1,20 %)
     

Londres : la City touchée par une vaste arnaque à la Pyramide de Ponzi

João Barbosa/Unsplash

C’est toute la City britannique qui est engluée dans un nouveau scandale financier. Comme l’a repéré le journal Les Échos, une vaste arnaque à la Pyramide de Ponzi, du nom de Charles Ponzi qui avait mis en place ce montage financier dans les années 1920, a été mise au jour. Ce système consiste en effet à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Dans cette affaire, la société London Capital & Finance (LCF) aurait floué pas moins de 11 600 clients, principalement des personnes handicapées ou des retraités. Ils auraient perdu l’équivalent de 280 millions d’euros.

Comment ces particuliers ont-ils été bernés ? Selon nos confrères, ils avaient investi dans des obligations émises par la société. Or, il s’agissait de «minibonds», des titres de dettes qui permettent à des consommateurs de prêter de l’argent à une entreprise pour une durée prévue dès le départ en échange de taux d’intérêt élevés. Mais ils ne peuvent pas être revendus sur des marchés secondaires et la personne qui y souscrit ne peut pas s’en séparer. Le rendement promis par LCF en 2019 était alléchant : pas moins de 8%.

Mais au bout de quelques mois, le régulateur anglais (Financial Conduct Authority) a enquêté sur ladite entreprise et a mis au jour ce système de Ponzi. Selon la justice britannique, LCF aurait monté une arnaque à la Bernard Madoff. C’est-à-dire que pour reverser les intérêts aux détenteurs d’obligations, elle utilisait les comptes d’autres (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Affaire Bettencourt : François-Marie Banier n’a pas dit son dernier mot face à Netflix
«Je n’ai plus rien» : accusée de fraude, une mère de sept enfants doit rembourser 22 500 euros à la Caf
Grève à la SNCF : quelles perturbations pour ce week-end ?
Euro Millions : un Français décroche les 73 millions, combien de jours a-t-il pour se déclarer ?
Quelles sont les stations de ski les plus menacées par le changement climatique ?