Marchés français ouverture 1 h 51 min
  • Dow Jones

    31 188,38
    +257,86 (+0,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,25
    +260,07 (+1,97 %)
     
  • Nikkei 225

    28 727,25
    +93,79 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,2139
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    29 968,80
    +326,52 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    28 586,83
    -25,21 (-0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    686,94
    -13,67 (-1,95 %)
     
  • S&P 500

    3 851,85
    +52,94 (+1,39 %)
     

L'OMS et les experts rassurent sur la nouvelle souche du coronavirus détectée au Royaume-Uni

·2 min de lecture

La découverte d'une mutation du coronavirus horrifie la planète depuis dimanche. Et si, alors que les restrictions pour lutter contre la pandémie essorent le monde entier depuis près d'un an, à l'aube du déploiement mondial d'un vaccin qui cristallise l'espoir à travers le globe, tout recommençait... en pire ? A priori, rien de tel ne devrait arriver. Selon l'OMS et les épidémiologistes, s'il faut rester prudent, pas de quoi s'alarmer outre mesure : la nouvelle souche "n’est pas hors de contrôle", rassurait lundi l'agence onusienne.

Pourtant, le ministre de la santé britannique évoquait dès dimanche un virus "hors de contrôle". Le lendemain, Emmanuel Macron lui emboîtait le pas en parlant d'une variante "problématique" et d'une forme "beaucoup plus agressive". En réalité, en l'état actuel des connaissances scientifiques sur la mutation du virus, la nouvelle souche ne serait pas plus contagieuse, n'entrainerait pas de forme plus grave de la maladie, et les vaccins développés cette année seraient également efficace contre elle.

A lire aussi — Le CAC 40 et les Bourses européennes assommés par la nouvelle variante du Covid-19

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a rappelé lundi qu'il était tout à fait "naturel" que "les virus mutent au fil du temps". En effet, quand il pénètre une cellule, le virus se réplique. Son matériel génétique — un code basé sur quatre lettres — est à chaque fois copié, et peut être restitué dans un ordre légèrement différent. Ces erreurs d'encodage sont fréquentes, d'autant plus dans le cas des virus à ARN, comme le nouveau coronavirus, expliquait l'Inserm en octobre.

La plupart du temps, ces mutations sont anodines et ne modifient pas le comportement du virus. Dans de rares cas, elles peuvent desservir le virus et entraîner sa disparition ou, au contraire, lui permettre de se propager davantage ou le rendre plus dangereux. "Dans tous les contextes épidémiques, par exemple lors des épidémies de grippe ou de polio, les mutations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un homme a retrouvé les 116 professionnels qui l'ont aidé à vaincre le Covid-19 pour les remercier
Ces brevets déposés par Amazon laissent imaginer à quoi ressemblera la livraison dans le futur
Pékin ouvre une enquête sur les pratiques commerciales de son géant tech Alibaba
L'astronaute qui devrait emmener Tom Cruise sur l'ISS donne les qualités nécessaire pour devenir un touriste spatial
La HAS donne son feu vert au vaccin de Pfizer/BioNTech en France