La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    5 747,71
    -35,70 (-0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 333,78
    -14,82 (-0,44 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9654
    -0,0034 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 650,50
    -5,10 (-0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    19 780,99
    -81,72 (-0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,43
    -7,10 (-1,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,01
    -0,73 (-0,93 %)
     
  • DAX

    12 219,42
    -64,77 (-0,53 %)
     
  • FTSE 100

    6 968,94
    -49,66 (-0,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0705
    -0,0151 (-1,39 %)
     

Logement : le coût de la sécheresse devrait atteindre un record en France

bodnarchuk / Getty Images

Se dirige-t-on vers un record ? Les dégâts aux bâtiments dûs aux épisodes de sécheresse observés en France en 2022 devraient coûter entre 1,6 et 2,4 milliards d'euros aux assureurs, soit potentiellement l'année la plus coûteuse pour ce type d'événements, selon les chiffres dévoilés jeudi par la fédération des assureurs. Cette année pourrait en effet dépasser les 2,12 milliards d'euros enregistrés en 2003, pire année sur le plan de la sécheresse depuis la création du régime "Catastrophes naturelles" en 1982. Elle devrait en tout cas être plus couteuse que 2018, jusqu'à présent en deuxième position avec des dommages estimés à près de 1,5 milliard.

Et encore, cette estimation ne comprend que les dommages situés dans des communes dont l'état de catastrophe naturelle sera reconnu, et qui seront ensuite bel et bien considérés comme consécutives à la sécheresse. Elle ne prend pas en compte les dommages aux récoltes, qui seront pris en charge par l'assurance récolte.

Concrètement, la sécheresse, en succédant à une période d'humidification, alimente le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA) qui touche une bonne moitié du territoire métropolitain, et se traduit par des mouvements de terrain de nature à déstabiliser les fondations des maisons. En France, environ 54% des maisons individuelles sont situées en zone d'exposition moyenne ou forte au RGA. Et 3,3 millions de maisons, soit environ 16% du total, sont situées en zone de risque fort.

Du fait du réchauffement climatique, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Renault propose des primes de plus de 1.000 euros à ses employés
Xavier Niel va bientôt lancer Stancer, une nouvelle solution de paiement
Le patron de JP Morgan qualifie les cryptos de "systèmes de Ponzi"
Le CAC 40 rouge vif, la Fed droite dans ses bottes
Change : le yen bondit, “le Japon ouvre les hostilités face au dollar fort”