La bourse ferme dans 6 h 50 min
  • CAC 40

    7 085,29
    +2,87 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 168,91
    +5,46 (+0,13 %)
     
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0889
    +0,0022 (+0,21 %)
     
  • Gold future

    1 939,10
    -6,20 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    21 138,65
    -55,53 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,33
    +5,54 (+1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,98
    +0,11 (+0,14 %)
     
  • DAX

    15 118,44
    -9,83 (-0,06 %)
     
  • FTSE 100

    7 781,14
    +9,44 (+0,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2318
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Livret A : une bonne et une mauvaise nouvelle à partir du 1er février

Collecte du Livret A
Collecte du Livret A

Tic, tac, tic, tac... Le compte à rebours tourne : ce n'est plus qu'une question de jours (d'heures ?) avant que la Banque de France et le ministère de l'Economie ne confirment la bonne nouvelle : le taux du Livret A va augmenter le 1er février prochain, pour la 3e fois en un an.

Demain matin, vendredi 13 janvier, l'Insee (1) va, en effet, officialiser le chiffre définitif de l'inflation en décembre dernier, dernière statistique dont la Banque de France a besoin pour calculer le nouveau taux. Si sa prévision est confirmée, cet indice des prix à la consommation hors tabac devrait se situer autour des 6%. Compte tenu du niveau actuel des taux interbancaires, autre référence prise en compte dans la formule, le nouveau taux du Livret A en février devrait atteindre 3,30%. A condition, bien sûr, que la Banque de France opte pour une application automatique de cette formule.

« Le bon équilibre entre la juste rémunération de l'épargne populaire et la préservation d'un coût de financement raisonnable du logement social »

Rien n'est moins sûr : François Villeroy de Galhau, le gouverneur de l'institution monétaire, ne semble pas opter pour ce scénario. Devant la Commission des finances du Sénat, mercredi, il a expliqué vouloir « prendre en compte dans ses quelques possibilités d'ajustement le bon équilibre entre la juste rémunération de l'épargne populaire et la préservation d'un coût de financement raisonnable de notre économie, dont le logement social en particulier », rapporte le quotidien Les Echos.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Crédit immobilier : pourquoi les courtiers n'ont pas dit leur dernier mot
- Stage : ce que vous allez gagner en plus en 2023
- Livret d'épargne populaire : combien d'intérêts mon LEP devait me rapporter en 2022 ?