La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 849,70
    -124,86 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Avec l'inflation et la guerre en Ukraine, la facture des importations alimentaires va augmenter de 10% en 2022, s'alarme la FAO

CAPTAIN RAJU / Wikimedia Commons

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (la FAO) alerte ce vendredi 11 novembre sur la facture des importations alimentaires : elle devrait être en moyenne, en 2022, de 10% supérieure à celle de 2021. Parallèlement à cette poussée des dépenses alimentaires, la facture mondiale des importations des intrants agricoles, notamment les engrais, devrait augmenter de 48% par rapport à 2021, prévient la FAO, qui s'inquiète pour les pays fragiles déjà en proie à l'insécurité alimentaire. Dans son rapport bi-annuel sur les "Perspectives de l'alimentation", la FAO prévient que la conséquence sera dramatique pour les pays importateurs pauvres, qui paieront plus pour avoir moins. Car si "la majeure partie de l'augmentation de la facture est imputable aux pays à revenu élevé", ces derniers verront aussi les volumes achetés augmenter, contrairement aux pays économiquement vulnérables comme Madagascar, le Liberia ou le Liban.

"La facture globale des importations de produits alimentaires pour le groupe des pays à faible revenu devrait rester pratiquement inchangée, même si elle devrait diminuer de 10% en volume", souligne la FAO. L'Afrique sub-saharienne, déjà durement touchée par la malnutrition, devrait dépenser 4,8 milliards de plus pour ses importations alimentaires, malgré une baisse de volumes. Le "problème croissant d'accessibilité pour ces pays" pourrait annoncer "la fin de leur résistance à la hausse des prix internationaux", met en garde la FAO. La hausse (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Face à la hausse des coûts de l'énergie, cette ville décide de fermer sa mairie… logée dans un château
Crise énergétique : la Moldavie a besoin de 1,1 milliard d'euros pour passer l'hiver
Des professionnels du vol ont dérobé près de 400.000 euros d'équipements dans un... hôpital
Les médecins généralistes réclament une hausse importante du tarif des consultations
Permettre à nos corps de rajeunir de 10 ans, cette promesse de scientifiques est-elle tenable ?