La bourse ferme dans 37 min
  • CAC 40

    6 776,22
    +29,99 (+0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 156,77
    +11,87 (+0,29 %)
     
  • Dow Jones

    34 989,28
    +196,61 (+0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,1850
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 804,50
    -10,00 (-0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    32 820,61
    -425,90 (-1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    973,85
    -2,04 (-0,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,39
    +0,24 (+0,35 %)
     
  • DAX

    15 726,96
    +34,83 (+0,22 %)
     
  • FTSE 100

    7 111,07
    -12,79 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    14 863,00
    +82,47 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    4 421,71
    +19,05 (+0,43 %)
     
  • Nikkei 225

    27 728,12
    +144,04 (+0,52 %)
     
  • HANG SENG

    26 204,69
    -221,86 (-0,84 %)
     
  • GBP/USD

    1,3940
    +0,0056 (+0,40 %)
     

L'Europe boursière et Wall Street attendent l'emploi US

·3 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES AVANCENT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en petite hausse à l'ouverture et les Bourses européennes progressent modérément vendredi à mi-séance en attendant les chiffres mensuels de l'emploi américain et sur fond de confiance dans la reprise.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,2% pour le Nasdaq et proches de l'équilibre pour le Dow Jones et le Standard & Poor's-500.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,1% à 6.560,04 vers 11h10 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,41% et à Londres, le FTSE avance de 0,17%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s'octroie 0,24%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,36%.

Le rendez-vous du jour pour les marchés sera la publication du rapport mensuel du département du Travail américain, qui permettra aux investisseurs d'évaluer la santé du marché de l'emploi et d'anticiper les prochaines décisions de la Réserve fédérale.

Le consensus Reuters attend une augmentation des créations d'emplois à 700.000 en juin et une baisse du taux de chômage à 5,7%.

Le Fonds monétaire international a nettement relevé jeudi soir sa prévision de croissance de l'économie américaine pour l'année 2021, à 7,0% contre 4,6% précédemment, citant les mesures de soutien sans précédent déployées par les Etats-Unis sur les plans financier et monétaire. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Les secteurs de la cote européenne les plus à même de profiter de la reprise restent entourés, à l'instar de celui du transport et des loisirs, dont l'indice Stoxx gagne 1,85% ou de celui des matières premières (+0,97%), tandis que le compartiment technologique (+0,98%) est tiré par les valeurs des semi-conducteurs.

A l'opposé, les banques (-0,41%) souffrent du recul des rendements obligataires.

A Paris, BNP Paribas (-0,84%) et Société générale (-0,76%) figurent parmi les plus fortes baisses du CAC 40 alors que Atos (+1,31%) et STMicroelectronics (+1,45%) sont en tête de l'indice.

ASM International prend 1,68% après avoir annoncé des prises de commandes supérieures à ses attentes au deuxième trimestre.

Volkswagen AG s'octroie 0,69% après que sa filiale américaine a déclaré avoir vendu plus de 211.000 voitures au premier semestre, un record pour cette période en près de 50 ans.

TAUX

Les rendements obligataires de référence dans la zone euro poursuivent leur repli, à -0,036% pour le Bund allemand à dix ans, au plus bas depuis le 16 juin, et à 0,1% pour l'OAT française de même maturité.

Les bons du Trésor américain à dix ans affichent de leur côté un rendement de 1,4458%, en baisse de près de quatre points.

CHANGES

Le dollar a légèrement réduit ses gains face à un panier de devises internationales après avoir grimpé en début de journée à un plus haut depuis le 6 avril, les cambistes misant sur de solides données sur l'emploi aux États-Unis.

L'euro enchaîne sa cinquième séance de baisse face au billet vert et se traite autour de 1,1828 dollar, au plus bas en trois mois.

PÉTROLE

Le marché pétrolier recule légèrement après le report à ce vendredi des discussions des pays de l'Opep+ sur leur stratégie de production alors que les Emirats arabes unis s'opposent à un accord sur l'augmentation de la production, un blocage qui risque de se traduire par une diminution de l'offre mondiale et une nouvelle hausse des cours.

Le Brent cède 0,25% à 75,65 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,17% à 75,1 dollars.

(Rédigé par Laetitia Volga, avec Marc Angrand, édité par Sophie Louet)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles