La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -2,20 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    30 177,43
    +1 202,16 (+4,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -0,32 (-0,61 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -137,37 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3590
    -0,0101 (-0,74 %)
     

Hidalgo condamne "les interventions brutales et choquantes" survenues lundi

·2 min de lecture

Anne Hidalgo a adressé une lettre au ministre de l’Intérieur afin de condamner «fermement» les interventions policières survenues lundi soir à Paris lors de l’évacuation d’un camp de migrants place de la République.

Lundi soir, la place de la République, à Paris, a été le théâtre de scènes de violences, alors que les forces de l’ordre étaient venues déloger un camp de migrants installé depuis quelques heures. De nombreuses vidéos montrant les policiers faire usage de la force ont été dévoilées sur les réseaux sociaux, provoquant le scandale et forçant le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a rapidement réagir sur Twitter dans la soirée. Il a qualifié ces images de choquantes et annoncé avoir demandé un «rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police».

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a vivement réagi mardi. Elle a adressé une lettre au ministre de l’Intérieur afin de «condamner fermement» ce qu’elle qualifie «d’interventions brutales et choquantes». Elle a d’abord rappelé que les tentes installées lundi soir faisaient partie d’un rassemblement «pacifique d’hommes et de femmes migrants». Rassemblement qui a, d’après elle, été «violemment empêché et dispersé sans aucun ménagement par les forces de l’ordre, sous le commandement de la Préfecture de police».

Anne Hidalgo indique que des élus de la ville présents sur place ont constaté «un usage disproportionné de la force» attesté «par les nombreuses images qui ont été prises». «Cet épisode inadmissible n’est malheureusement pas sans précédent», rappelle-t-elle.

Un protocole mis en place en 2015

La maire de Paris ajoute que depuis 2015, un protocole est normalement mis en(...)


Lire la suite sur Paris Match