Marchés français ouverture 2 h 47 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 324,60
    +200,32 (+0,71 %)
     
  • EUR/USD

    1,1421
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 240,11
    -143,21 (-0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    37 192,68
    -814,56 (-2,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 019,84
    -5,89 (-0,57 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

L’homme que j’ai condamné (M6) - Ophélia Kolb : "Je n’ai pas d’autre talent que celui de comédienne"

·1 min de lecture

Pourquoi Inès hésite-t-elle tant à juger Jimmy coupable ?

Ophélia Kolb : Inès est infirmière, et de par son métier, elle a de la compassion. Par ailleurs, les preuves de la culpabilité de Jimmy ne sont pas flagrantes. Je n’ai jamais été jurée moi-même, mais j’imagine que ce doit être très compliqué de prendre des décisions aussi lourdes.

Le jour où Inès décide d’aller affronter le regard de Jimmy en prison, la violence de celui-ci, à fleur de peau, est d’une incroyable intensité… Votre sang s’est-il glacé face au jeu, très expressif, de Stanley Weber ?

Stanley fait tout ce qu’il faut pour laisser croire que son personnage a été capable d’assassiner sauvagement une jeune femme. Et que cette violence pourrait resurgir, notamment au moment où Inès évoque, devant lui, son petit garçon. L’instinct de survie de Jimmy est plus fort que tout lorsque l’on touche à sa famille. Mais Stanley, pour sa part, a été très attentionné, doux et délicat. Il fait tout simplement très bien son métier !

À lire également

L’homme que j’ai condamné (M6) - Stanley Weber : "J’ai toujours eu la chance de ne pas me sentir choisi pour ma gueule"

Comme votre partenaire, fils de Jacques We... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles