Publicité

L’un des plus beaux hôtels particuliers de l’avenue Foch vendu… à un prix bradé

Jean-Paul Comparin/Adobe Stock

Après tant de temps, sa vente paraissait improbable. Mais comme l’a révélé Challenges, le Palais de Montmorency, en vente depuis douze ans, a finalement trouvé preneur. La transaction de cet hôtel particulier de l’avenue Foch, dans le 16e arrondissement de Paris, aurait eu lieu fin décembre 2023, selon l’hebdomadaire économique. Son racheteur est la société française de gestion Mindston Capital, qui s’est offert la demeure pour la modique somme de 46,5 millions d’euros.

S’il peut paraître important, son prix de vente originel l'était deux fois plus. Il était fixé, en effet, à 100 millions d’euros. Son ancien propriétaire, l’ancien ambassadeur des Émirats arabes unis au Royaume-Uni et en France, Mohammed Mahdi al-Tajir, l’a donc cédé pour un prix bradé, tant le palace est chargé d’histoire. Situé à proximité de la place de l’Étoile et de l’Arc de Triomphe, il a été construit en 1912 par l’architecte Henri-Paul Nénot, à qui l’on doit également l’hôtel Meurice.

Ce bien comporte 3 100 mètres carrés de surface habitable et 1 500 mètres carrés de terrain. Il comprend douze chambres, douze salles de bains ainsi que quatre appartements. Le plafond de la salle à manger a été conçu par l’artiste Henri Rousseau.

Vivant principalement à Londres, Mohammed Mahdi al-Tajir s’était résolu à mettre sa demeure sur le marché de l’immobilier en 2011. Évaluée à 102 millions d’euros, elle est la deuxième maison la plus chère du monde après le Spelling Manor de Beverly Hills, vendu à 150 millions de dollars. (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Paris 2024 : voici comment ne pas subir l’augmentation des prix dans les transports pendant les JO
Un cancer qui se propage par voie maritime : les moules sont-elles en danger ?
La fille d’Alain Delon réagit aux rumeurs sur le montant de la fortune de son père : «C’est très loin de la vérité»
Ursula von der Leyen : connaissez-vous la femme la plus puissante d’Europe ?
César 2024 : «Anatomie d’une chute», ou l’ascension folle d’un film qui cartonne