Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 971,32
    +1 222,07 (+2,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 248,98
    +50,41 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,58 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,08 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Législatives 2024 : que sait-on des risques de débordements à l’issue des élections ?

BERTRAND GUAYAFP

Les forces de sécurité sont sur le qui-vive. Mardi sur CNews, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a évoqué sa crainte de «troubles à l'ordre public» à l'issue des élections législatives le 30 juin et le 7 juillet, alors que le pays pourrait changer de majorité à l’Assemblée nationale. Des notes de renseignement anticipent de potentiels débordements en fonction des résultats du scrutin, particulièrement le 7 juillet, jour du second tour.

Actuellement, deux blocs arrivent en tête des sondages, le Rassemblement national et le Nouveau Front populaire, faisant planer la crainte d’affrontements entre eux, avec notamment 2 700 personnes suivies à l’ultra-droite et 5 500 personnes suivies à l’ultra-gauche. Gérald Darmanin demande aux préfets d’être «attentifs à la protection des personnes et des biens pour garantir, avec tact mais fermeté, l’ordre républicain». Il a précisé prévoir, pour ces deux dimanches d’élections, des policiers et gendarmes «en nombre», particulièrement dans les quartiers et les villes «connus pour être des foyers d’ultra-gauche ou d’ultra-droite», afin de permettre aux Français de «voter librement et que chacun accepte les résultats».

Le 14 juin, il avait déjà adressé un message aux préfets et patrons de police et gendarmerie, affirmant que «les premières réactions constatées, notamment de l’ultra-gauche, conduisent les services de renseignement à considérer la période pré-électorale et celle suivant le scrutin comme extrêmement sensibles». Dans cette circulaire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Croissance : «l’économie française continue de sombrer… et la dette publique de flamber»
Volotea : 150 passagers «abandonnés» à l’aéroport de Pise pendant près de 24 heures
Chômage : risquez-vous de ne plus être indemnisé à compter du 1er juillet ?
Législatives 2024 : Nouveau Front populaire, RN, camp présidentiel… que retenir de chaque programme ?
Droit du sol : mais que dit la loi française ?