Publicité
La bourse ferme dans 8 h 6 min
  • CAC 40

    7 511,65
    -86,98 (-1,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 871,59
    -45,21 (-0,92 %)
     
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    2 417,00
    +9,70 (+0,40 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 835,58
    -529,19 (-0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 359,34
    -6,55 (-0,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,23
    +0,27 (+0,35 %)
     
  • DAX

    18 415,73
    -141,97 (-0,77 %)
     
  • FTSE 100

    8 138,75
    -28,62 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    39 154,85
    -439,54 (-1,11 %)
     
  • HANG SENG

    17 281,80
    -187,56 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2900
    -0,0009 (-0,07 %)
     

La justice a tranché : Maurice Ravel est le seul auteur du Boléro

Future Publishing / Contributeur

Dans une décision d'une quarantaine de pages, les juges ont débouté les ayants droits de Maurice Ravel et d'Alexandre Benois, décorateur russe que ses héritiers souhaitaient voir reconnaître comme coauteur de l'œuvre par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). L'enjeu était de taille : que la Sacem, qui gère et collecte les droits d'auteur en France, reconnaisse M. Benois, décédé en 1960, comme co-auteur et l'œuvre aurait été protégée jusqu'au 1er mai 2039.

Le tribunal a rejeté cette hypothèse, estimant que «les pièces fournies ne démontraient pas sa qualité d'auteur de l'argument (court résumé, NDLR) du ballet». La thèse d'une autre coautrice lésée, la chorégraphe Bronislava Nijinska, a également été écartée par ce jugement, l'artiste n'ayant «jamais figuré sur la documentation du Boléro comme coauteur».

«Le tribunal a dit, en substance, que la Sacem avait eu raison de résister au stratagème des héritiers Ravel visant à étendre artificiellement et au-delà du raisonnable la durée de protection du Boléro», s'est réjouie auprès de l'AFP Josée-Anne Bénazéraf, l'avocate de la Société. L'héritière de Maurice Ravel, Evelyne Pen de Castel, a été condamnée à un euro symbolique à la Sacem «en réparation de son préjudice résultant de l'abus de droit moral d'auteur», détaille la décision. Cette condamnation est «exceptionnelle», s'est réjouie Me Bénazéraf.

Me Yvan Diringer, également conseil de la Sacem, a salué pour sa part une «décision très argumentée qui valide (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Résultats des législatives : «Pas une voix» pour le RN martèle Yaël Braun-Pivet, Marion Maréchal appelle les candidats LR à se désister
Elections législatives 2024 : retrouvez le taux de participation dans votre département à 17 heures
Législatives 2024 : tensions dans les bureaux de vote à l'approche des résultats du premier tour
Législatives 2024 : dans les pas de Guillaume Kasbarian, ministre du Logement en campagne
«L’Union européenne va massivement emprunter et la BCE relancera les achats d’obligations»