Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 205,32
    +2 758,01 (+4,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,66
    +46,77 (+3,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Atos : les créanciers et les banques se mettent d’accord pour sauver le géant informatique

Anita Pouchard Serra/Bloomberg/Getty Images

Après de multiples rebondissements, est-ce enfin l’épilogue du feuilleton Atos ? Les créanciers et les banques d'Atos se sont entendus dimanche 30 juin pour reprendre et sauver eux-mêmes le géant informatique français en difficulté, à quelques semaines des JO, dont le groupe est un pilier technologique. Cette annonce de la direction d'Atos fait espérer une sortie de crise pour le groupe employant quelque 100 000 salariés dans 69 pays mais plongé ces derniers mois dans le chaos et ballotté au gré des offres de reprise.

L'accord passera par une augmentation de capital de 233 millions d'euros, un apport de nouveaux financements de 1,5 à 1,675 milliard d'euros et une réduction de la dette de 3,1 milliards d'euros, selon un communiqué diffusé quatre jours après que le consortium mené par Onepoint, premier actionnaire d'Atos initialement choisi pour mener à bien cette reprise, a jeté l'éponge.

Il espère désormais aller très vite pour lancer les opérations dès début juillet, avant les Jeux olympiques. «Les opérations de restructuration seront ensuite mises en œuvre au cours du second semestre 2024 en vue d'une réalisation effective d'ici la fin de l'année 2024 ou au cours du premier trimestre 2025», précise le groupe. Banques et détenteurs d'obligations deviendront alors ses actionnaires majoritaires et détiendront jusqu'à 99,9% du capital.

C'est en septembre 2021 que la mauvaise fortune du groupe s'était matérialisée. Entre mauvais résultats et objectifs financiers non atteints, comptes (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : où va le CAC 40, alors que le second tour des élections législatives approche ?
Le milliardaire Warren Buffett a changé son testament
Carrefour avale Cora et Match et annonce des baisses de prix
«Le pilote d’avion est un homme, dans l'inconscient collectif» (C.Ourmières-Widener, Air Caraïbes)
Boeing et Airbus se partagent Spirit AeroSystems, acquisition d’envergure