La bourse ferme dans 19 min
  • CAC 40

    5 736,38
    +59,51 (+1,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 304,64
    +25,60 (+0,78 %)
     
  • Dow Jones

    29 330,20
    +104,59 (+0,36 %)
     
  • EUR/USD

    0,9804
    -0,0015 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 681,00
    +12,40 (+0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    20 496,52
    +749,56 (+3,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    457,68
    +14,25 (+3,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,53
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    12 062,38
    +86,83 (+0,73 %)
     
  • FTSE 100

    6 882,16
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    10 871,39
    +133,88 (+1,25 %)
     
  • S&P 500

    3 667,84
    +27,37 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1161
    +0,0038 (+0,34 %)
     

Johnson & Johnson arrête de vendre un talc pour bébé controversé

Johnson & Johnson (J&J) a décidé de retirer définitivement de la vente l’un de ses produits phares, à savoir son talc pour bébé commercialisé depuis le XIXe siècle. L'entreprise a annoncé ce jeudi qu'il cessera de vendre son talc pour bébé dans le reste du monde en 2023 après l'avoir retiré de la vente aux États-Unis en 2020. Le talc – un silicate de magnésium hydraté – sera remplacé par une poudre à base de fécule de maïs. Un produit "déjà vendu dans le monde entier" assure le groupe dans un communiqué repris par BFMTV le 13 août.

"Nous avons pris la décision commerciale de passer à un portefeuille de poudre pour bébé entièrement à base d'amidon de maïs ", a déclaré le fabricant, ajoutant que la poudre pour bébé à base d'amidon de maïs est déjà vendue dans plusieurs pays du monde. Ce qui signifie que la vente de poudre à base de talc sera arrêtée, mais celle à base d'amidon de maïs continue.

Si J&J assure que changement de produit est une manière de "fournir une innovation durable" aux consommateurs, le géant pharmaceutique est avant tout motivé par le besoin de mettre fin à un scandale sanitaire et judiciaire qui le poursuit depuis plusieurs années. Aux États-Unis, le talc de J&J est accusé d'avoir causé des cancers des ovaires en raison de la présence d'amiante dans la poudre. Une enquête de Reuters en 2018 indiquait que l'entreprise savait que son talc pouvait afficher parfois de légères quantités d'amiante.

La société fait face à environ 38.000 poursuites judiciaires de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

États-Unis : arrestation du "Bernard Madoff de la sneaker"
Guerre en Ukraine : le carnet de commandes du drone turc Bayraktar fait le plein
La Bourse de Paris attendue en hausse
En difficulté, la compagnie aérienne scandinave SAS obtient un prêt de 700 millions de dollars
Pétrole : le saoudien Aramco annonce un bénéfice net record au deuxième trimestre