La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 309,87
    -96,39 (-0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

ITA Airways : vers une entrée à son capital de Lufthansa ?

Pixabay

Le nouveau décret sur la privatisation d'ITA Airways, qui semble taillé sur mesure pour une entrée à son capital de Lufthansa, a été publié au Journal officiel italien, ouvrant la voie à la remise des offres. Ce décret, publié lundi soir, prévoit une cession "en plusieurs étapes" passant par une phase initiale d'augmentation de capital réservée à l'acquéreur qui devrait dans un premier temps racheter une part minoritaire.

Ultérieurement, le prétendant qui doit être nécessairement une compagnie aérienne, pourra acquérir la majorité du capital d'ITA Airways, née des cendres d'Alitalia, précise le décret. Le géant aérien allemand Lufthansa, considéré comme grand favori dans la course au rachat d'ITA, pourrait ainsi suivre la voie déjà empruntée pour sa montée au capital de Brussels Airlines, acquise en deux étapes, en 2009 et 2016.

Dès l'acquisition d'une part minoritaire d'ITA, Lufthansa devrait prendre les commandes du successeur d'Alitalia, même si l'Etat italien garde un droit de regard sur les décisions stratégiques. Selon le quotidien Corriere della Sera, Lufthansa vise une part d'environ 40%, évaluée entre 180 et 200 millions d'euros, et pourrait monter jusqu'à 100% du capital à moyen terme. Officiellement, tous les candidats au rachat qui avaient participé à la procédure de vente précédente menée par l'ancien gouvernement dirigé par Mario Draghi sont cependant autorisés à soumettre des offres.

Le gouvernement Draghi avait sélectionné fin août l'offre concurrente du fonds d'investissement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

2023 sera-t-elle l’année de l’or ? Le conseil Bourse
Le pétrole rechute, l’explosion des cas de Covid-19 en Chine inquiète : le conseil Bourse
Patrick Puy va devenir le nouveau directeur général de Go Sport
Les boulangeries pourront demander à reporter leurs impôts
CAC 40 : la Bourse plombée par la Chine, l'Europe souffrira de la guerre en Ukraine en 2023 selon le FMI