Publicité
La bourse ferme dans 1 h 13 min
  • CAC 40

    8 081,37
    -20,96 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 019,68
    -17,92 (-0,36 %)
     
  • Dow Jones

    39 106,92
    +41,66 (+0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0848
    +0,0031 (+0,28 %)
     
  • Gold future

    2 341,30
    +4,10 (+0,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 898,03
    -990,13 (-1,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 411,15
    -56,95 (-3,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,46
    +0,59 (+0,77 %)
     
  • DAX

    18 620,74
    -70,58 (-0,38 %)
     
  • FTSE 100

    8 323,86
    -15,37 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    16 830,85
    +94,81 (+0,57 %)
     
  • S&P 500

    5 290,24
    +22,40 (+0,43 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2726
    +0,0028 (+0,22 %)
     

Insomnie : cette répercussion méconnue subie par la moitié des personnes qui en souffrent

iStock / Fizkes

L'insomnie se définit comme un "manque" ou une "mauvaise qualité" de sommeil, comme l'explique l'Assurance maladie sur son site. Ce trouble peut être occasionnel ou au contraire s'installer sur la durée : on parle d'insomnie chronique lorsque ces difficultés d'endormissement ou ces réveils nocturnes surviennent "plus de trois par semaine" et "depuis plus de trois mois". En 2017, plus de 13% de la population était touchée. Une nouvelle enquête, réalisée par l'institut de sondages Ipsos pour Idorsia Pharmaceuticals, a donc été consacrée à l'impact de l'insomnie chronique sur le quotidien des personnes qui en souffrent.

Cette étude a été menée au mois d'août dernier, auprès de 150 patients âgés de 35 à 65 ans. Elle a permis de mettre en lumière un certain "mal-être" ressenti par bon nombre d'entre eux. En effet, près de trois personnes sur quatre (soit 74%) ont déclaré ressentir de la frustration. Près de la moitié d'entre elles (environ 47%) a même avoué éprouver de la honte, de peur que l'insomnie chronique ne soit pas perçue comme une véritable pathologie.

Parmi les volontaires interrogés, 39% ont hésité à parler de leurs troubles du sommeil avec un professionnel de santé. Une personne sur deux a d'ailleurs le sentiment qu'il n'existe "aucun traitement", qu'il soit médical ou psychologique, pour l'insomnie chronique : 71% des patients souhaiteraient donc obtenir plus d'informations sur la maladie.

Selon ce rapport, il n'existe effectivement "aucun traitement médicamenteux spécifique" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite