La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 640,15
    +1 412,23 (+3,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Impôts : un ISF temporaire pour aider les victimes de la crise ?

Vincent MIGNOT
·1 min de lecture
Déclaration ISF
Déclaration ISF

C’est le credo de Bercy depuis le déclenchement de la pandémie : non, il n’est pas question d’augmenter les impôts pour financer la sortie de crise ! Officiellement, le gouvernement espère toujours que l’amélioration progressive de la situation sanitaire encourage les Français à reporter tout ou partie de la « surépargne » liée à la crise, estimée actuellement à 120 milliards d’euros, sur la consommation. Difficile toutefois d’anticiper les choix financiers des ménages français dans les mois à venir : une fois le spectre du coronavirus moins menaçant, vont-ils flamber ou choisir la sécurité ?

Face à cette incertitude, des voix s’élèvent pour demander à l’exécutif de reconsidérer sa position sur l’impôt. Dernière en date : Louis Gallois. Le haut fonctionnaire, ancien patron d’EADS et de la SNCF, a appelé, ce matin lundi 22 février sur Europe 1, à « un accroissement des taux de l'impôt payé sur les tranches les plus élevées de l'impôt sur le revenu ». Une sorte d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) donc, temporaire - « pendant 2 ans par exemple » - et destiné non pas à financer la dette, mais à soutenir directement « les jeunes, […] ceux qui ont des difficultés, […] ceux qui ont vraiment souffert de la crise ».

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Epargne : ce placement oublié et sans risque qui vous fait gagner plus que le Livret A
- Banque en ligne : 130 euros en prime et carte bancaire gratuite grâce à Boursorama
- Caisse d'Epargne : c'est quoi, cette carte bancaire à autorisation quasi-systématique ?