La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 246,61
    -81,18 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    13 457,21
    +78,17 (+0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2219
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 485,10
    -346,23 (-0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 211,43
    -41,71 (-3,33 %)
     
  • S&P 500

    4 161,58
    -1,71 (-0,04 %)
     

Impôt : comment éviter que vos bitcoins soient taxés

Marie-Eve FRÉNAY
·1 min de lecture
Bitcoin
Bitcoin

Depuis 2019, les gains perçus sur l’achat et la vente de cryptomonnaies, comme le bitcoin, l’ether ou encore le dogecoin, sont imposés au prélèvement forfaitaire unique de 30%. Soit le même taux d’imposition que la plupart des placements plus traditionnels, sans toutefois avoir la possibilité de soumettre les plus-values sur crypto au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Autre différence : alors que pour leur livret bancaire, leur assurance vie, leur PEA et autres produits d’épargne courants, les investisseurs peuvent s’appuyer sur le relevé annuel des gains délivré par leurs intermédiaires financiers, ils sont livrés à eux-mêmes pour déclarer aux impôts leurs revenus tirés du trading d’actifs numériques.

Et la tâche s’avère fastidieuse, surtout pour ceux qui sont des crypto-investisseurs actifs, et font régulièrement des arbitrages au gré des courantes fluctuations de valorisation. Car, en plus de déclarer le montant global de leurs gains sur une année civile, ils doivent aussi lister sur un document spécifique la totalité des conversions crypto-euros qu’ils ont réalisées et la recette correspondant à chacune de ces opérations.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Partager la carte bancaire d'un compte joint, est-ce risqué ?
- Compte courant : cette banque va taxer les dépôts de ses clients à partir de 13 500 euros
- Epargne : bloquer votre argent devient (presque) inutile