La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 125,02
    -104,28 (-0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Vers une hausse du tarif de la consultation de médecine générale sur un principe "donnant/donnant" ?

Georgerudy/Adobe Stock

Le dialogue va-t-il (enfin) s'ouvrir ? Invité de France 2 ce jeudi 5 janvier, le ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, s'est dit prêt à revaloriser le montant de la consultation de base des médecins libéraux... en échange d'efforts pour améliorer l'accès aux soins. Mais pas à hauteur de 50 euros comme ces derniers le réclament. "Je suis prêt à augmenter cette consultation dès lors que les besoins de santé des Français sont remplis", a affirmé l'ex-urgentiste sur France 2. Le ministre recevra cet après-midi, en marge d'une manifestation des docteurs, les représentants du collectif "Médecins pour demain" et de trois syndicats : l’Union française pour une médecine libre (UFML), la Fédération des médecins de France (FMF) et le Syndicat des médecins libéraux (SML).

Les négociations conventionnelles actuelles entre l'assurance maladie et les syndicats de médecins, prévues jusqu'à fin février, doivent se poursuivre sur un "principe gagnant/gagnant", a souligné François Braun : "d'accord, on augmente la consultation, mais je veux que les 650.000 Français qui sont en maladie chronique aient un médecin traitant, parce qu'ils n'en ont pas actuellement, je veux qu'on puisse avoir un médecin la nuit, le week-end", a-t-il développé.

"C'est des droits et des devoirs, c'est donnant/donnant, ma porte est toujours ouverte sur ce principe", a a soutenu le ministre qui a cependant écarté le doublement du tarif de la consultation de base à 50 euros (contre 25 euros aujourd'hui) (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé : vers une nouvelle grève des laboratoires de biologie médicale ?
Mercato : Bellingham, Mbappé... voici les footballeurs les plus chers du monde, selon le CIES
CAF : adresse, revenus… Les données personnelles de 10.000 personnes ont fuité sur Internet
Hausse des prix de l’électricité : tous les Français ne seront pas logés à la même enseigne
Eric Dupond-Moretti veut faire grimper le budget de la Justice