La bourse ferme dans 4 h 58 min
  • CAC 40

    5 886,93
    +91,97 (+1,59 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 411,87
    +52,04 (+1,55 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0222
    -0,0048 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 760,20
    -3,70 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    19 689,40
    +233,04 (+1,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    436,76
    -3,26 (-0,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    99,64
    +0,14 (+0,14 %)
     
  • DAX

    12 576,72
    +175,52 (+1,42 %)
     
  • FTSE 100

    7 137,65
    +112,18 (+1,60 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1943
    -0,0009 (-0,07 %)
     

Par hasard, ils apprennent que leur appartement va être détruit

Des habitants du secteur de la gare de Bordeaux ont appris au détour d'une réunion publique qu'ils allaient être expulsés. Leurs logements doivent être détruits dans le cadre d'un grand projet immobilier.

Le plus grand projet urbain de France, hors région parisienne, cristallise la colère de dizaines de Bordelais. En effet, comme le relate RMC, plusieurs riverains du quartier de la gare viennent d'apprendre, lors d'une réunion publique, qu'ils allaient être expulsés, sans même avoir été prévenus. Dans le cadre du grand projet immobilier "Bordeaux Euratlantique", leurs logements doivent être détruits.

Ces riverains dénoncent le mépris de la municipalité et de leur bailleur social, qui n'ont même pas pris le soin de les informer de la nouvelle. C'est en se rendant à une réunion publique organisée pour présenter le projet, qui doit s'étendre sur 730 hectares et devrait accueillir 50.000 nouveaux habitants, que Roland a appris que son logement allait être détruit. "Je ne m'attendais jamais à vivre une chose pareille. Ça a été un choc. Qu'est-ce qu'on va devenir ? Ça a été un sentiment de mépris. Comme si ce serait un peu normal finalement qu'on nous traite comme ça vu qu'on est dans des logements sociaux. Demain, on dégage. C'est normal qu'on nous traite comme ça ?" s'insurge-t-il auprès de RMC.

D'autant que pour l'heure, aucun relogement ne leur a été proposé. "On n'a pas de solution, vu qu'on ne nous a même pas encore prévenus qu'on allait partir d'ici. On ne sait absolument pas, on ne sait pas ce que ça va devenir. C'est silence absolu", poursuit ce locataire, bien décidé à se battre.

Contactée par la radio, la municipalité renvoie la responsabilité à l'État, à l'origine du projet, (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Une femme loue une tente sur un balcon pour 480 euros par mois

Assurance emprunteur : les informations que devront désormais contenir les contrats
Ce que les vendeurs de maisons doivent savoir sur le futur audit énergétique
Taxe foncière sur les terrains 2022 : les hausses de taux, ville par ville
Gel des loyers : ce que les locataires pourraient y gagner, et les bailleurs… y perdre
Crédit immobilier : ville par ville, les revenus et l’apport nécessaires pour acheter seul

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles