Marchés français ouverture 8 h 48 min

Dans cet hôpital, 53 chirurgiens viennent de présenter leur démission administrative

PIXABAY

Ils n’assureront plus leurs fonctions et responsabilités administratives. 53 chirurgiens et anesthésistes exerçant à l’hôpital du Mans (Sarthe) ont annoncé leur décision dans une lettre notamment adressée au ministre de la Santé, François Braun, relate France Bleu Maine. En revanche, les médecins continueront bien d’assurer les soins aux patients.

L’un des chirurgiens indique à Ouest-France arrêter "tout ce qui n’est pas lié directement aux soins", à savoir par exemple les "missions d’encadrement des internes" ou "les commissions sur des projets à moyen terme".

C’est un ensemble de facteurs qui pousse les médecins de l’hôpital du Mans à prendre cette décision. Le premier évoqué est celui d’un afflux de patients dans l’hôpital, consécutif à la fermeture d’autres services d’urgence. En novembre dernier, le centre hospitalier sarthois avait déclenché le plan blanc, en raison d’un nombre de lits insuffisant. Des reports d’interventions chirurgicales avaient alors été décidés. Depuis le début de l’année 2023, ce sont 110 déprogrammations qui ont lieu, dont certaines d’opérations liées à des traitements contre le cancer, le tout parfois du jour au lendemain.

La direction a également été contrainte de condamner 60 lits en chirurgie conventionnelle, toujours pour cause de surcharge. À ce stade, l’hôpital ne dispose pas des moyens pour augmenter la capacité en lits dans l’établissement.

Autre facteur de colères : la loi Rist, qui prévoit un nouvel encadrement de la rémunération des médecins (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Marlène Schiappa ne pourra plus gérer certains dossiers en raison de sa nouvelle relation amoureuse
Herbert Léonard dévoile le montant de sa retraite
La Russie envoie 4 navires lanceurs de missiles Kalibr en mer Noire
Quelle retraite pour les mères de famille ? Les incroyables nouveautés du Salon de l’agriculture… Le flash éco du jour
Réseaux sociaux : l'Assemblée vote un accord parental obligatoire pour les moins de 15 ans