Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 490,85
    -72,95 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    15 509,46
    -121,32 (-0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    38 262,16
    -101,45 (-0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0814
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    16 503,10
    +255,59 (+1,57 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 453,59
    +130,71 (+0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    4 962,21
    -13,30 (-0,27 %)
     

Guerre en Ukraine : pourquoi le montant des aides françaises devrait exploser en 2024

Christian Liewig - Corbis

697 jours. Dans moins d’un mois, cela fera donc bientôt deux ans que la Russie a lancé son offensive contre l’Ukraine. En 2021, Vladimir Poutine disait vouloir «démilitariser et dénazifier l’Ukraine», son «opération militaire spéciale»... Deux ans plus tard, force est de constater que la plus grande invasion européenne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale persiste. Face à cela, la France et ses partenaires européens s’étaient dès le début du conflit engagés à soutenir financièrement et militairement l’Ukraine. Livraisons d’armes, formations de militaires ukrainiens ou dispositifs de soutien financier spéciaux… La Francee a multiplié les mesures de soutien pour venir à bout de la «violence inouïe déployée par la Russie contre l’Ukraine et son peuple», selon des mots d’Emmanuel Macron prononcés le 11 mars 2022.

Une volonté qu’il a réaffirmé lors de ses traditionnels vœux présidentiels aux armées, le vendredi 19 janvier 2024 : «Nous continuerons à aider les Ukrainiens [...] pour atteindre une industrie en mode ‘‘économie de guerre’’. Ce n’est pas un slogan, mais nous devons avoir des entreprises avec une capacité de production plus rapide et plus forte». Le message est donc clair : il faudra produire plus, et plus vite. Mais à quel prix ?

Dès mars 2023, la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale s’était emparée du sujet, en commandant un premier bilan du soutien militaire à la nation ukrainienne. Ce dernier avait alors été publié en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un gérant de prépas privées se fait la malle et laisse plus de 150 étudiants sur le carreau
Alaska Airlines : le patron de Boeing reconnait la «gravité» de l'incident du 737
LVMH : ce sac Dior au cœur d'un scandale en Corée du Sud
Simplification : «L’Etat doit apprendre le langage des entrepreneurs !»
Croissance : «la dette de la France est le facteur-clé de sa réussite économique»