La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 690,00
    -241,64 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Guerre en Ukraine : à la tribune de l'ONU, Emmanuel Macron charge la Russie

Chesnot / Getty Images

Le président français Emmanuel Macron a accusé, mardi 20 septembre, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, la Russie d'avoir provoqué un "retour des impérialismes" en ayant envahi l'Ukraine fin février. "Ce à quoi nous assistons depuis le 24 février dernier est un retour à l'âge des impérialismes et des colonies. La France le refuse et recherchera obstinément la paix", a martelé le président français. "Qui est hégémonique aujourd'hui si ce n'est la Russie ?", s'est interrogé le chef d'Etat.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie est au cœur de cette semaine diplomatique de haut niveau à l'Assemblée générale des Nations unies. Avec notamment une intervention mercredi du président ukrainien Volodymyr Zelensky - par vidéo grâce à une autorisation spéciale votée la semaine dernière par les Etats membres - et un Conseil de sécurité jeudi au niveau des ministres des Affaires étrangères. "Ceux qui se taisent aujourd'hui servent malgré eux, ou secrètement avec une certaine complicité, la cause d'un nouvel impérialisme, d'un cynisme contemporain qui désagrège notre ordre international sans lequel la paix n'est possible", a encore déploré Emmanuel Macron.

"Ne nous résignons pas à la fracture du monde", a également lancé Emmanuel Macron, exhortant les dirigeants du monde entier à rejeter "le nouvel ordre" de division que cherche à imposer la Russie.

Avant lui, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait mis en garde, à l'ouverture de l'Assemblée générale annuelle, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment les filtres Instagram façonnent notre vision de la beauté
La BCE compte tout faire pour empêcher l'inflation de "s'incruster"
Paris : les illuminations et les vitrines de Noël aussi victimes de la crise énergétique
L’Assurance maladie veut moins rembourser les examens réalisés en laboratoire d’analyses
Trois quarts des entreprises européennes pâtissent de la stratégie "zéro Covid" de la Chine