La bourse ferme dans 1 h 47 min
  • CAC 40

    7 143,50
    -22,77 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 212,84
    -28,28 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    33 968,98
    -84,96 (-0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0862
    -0,0049 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 895,50
    -35,30 (-1,83 %)
     
  • BTC-EUR

    21 557,56
    -567,40 (-2,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,69
    -2,17 (-0,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,30
    +0,42 (+0,55 %)
     
  • DAX

    15 365,55
    -143,64 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 858,84
    +38,68 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    12 043,52
    -157,30 (-1,29 %)
     
  • S&P 500

    4 146,63
    -33,13 (-0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2142
    -0,0087 (-0,71 %)
     

Grèves SNCF : les abonnés veulent aussi se faire rembourser

Nicolas Sandanassamy/Capital

À la suite de la suppression de nombreux trains lors du week-end de Noël, consécutive à un préavis de grève de collectifs de contrôleurs, la SNCF a annoncé un remboursement et une compensation à 200 % aux voyageurs impactés. Un geste financier salué par plusieurs collectifs d’abonnés aux lignes à grande vitesse, qui espèrent toutefois un geste similaire. Rappelant qu’ils payent "environ 600 € par mois" pour leurs abonnements, ces usagers habitués du train demandent à être, eux aussi, indemnisés à la suite de plusieurs mouvements de grève durant le mois écoulé, rapporte Le Parisien.

"En décembre, nous n’avons pas pu prendre le train pendant cinq jours et la SNCF n’a même pas la décence de nous indemniser", indique au Parisien David Charretier, président de l’association d’usagers de la ligne Paris-Tours. C’est ce collectif qui a le premier demandé un geste de la SNCF, avant d’être rejoint par plusieurs associations de voyageurs d’autres lignes à grande vitesse. La plupart de ces voyageurs, résidant à Tours, Le Mans ou Lille, effectuent pour certains un aller-retour quotidien vers Paris où ils travaillent. Les différentes associations réclament "un dédommagement de 150 €" à la SNCF, une demande "raisonnable pour le préjudice subi", déclare David Charretier. Un courrier doit être envoyé en ce sens au PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, et au ministre des Transports, Clément Beaune.

Le PDG de la SNCF a déjà été interpellé sur le sujet par des élus d’Indre-et-Loire, qui ont demandé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite