La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 278,21
    +84,04 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Fusion Société générale-Crédit du Nord : le calendrier des fermetures d’agences

Le groupe Société générale et le groupe Crédit du Nord annonçaient, fin décembre 2020, leur fusion de réseaux de banques d'ici à 2023. Objectif : donner naissance à une banque de détail géante. Selon les informations de nos confrères de Ouest France, ce mercredi 25 mai, la Société générale a communiqué en interne sur la première phase de restructuration du réseau d'agences. 157 agences bancaires, aussi bien Société générale que Crédit du Nord, devraient ainsi fermer en 2023, sur un total de 650 environ, dans le cadre du projet "Vision 2025". Le gros des fermetures aura lieu en 2024, avec environ 300 sites concernés, puis le reste en 2025.

Qui dit fermetures de sites, dit évidemment suppressions de postes. Sur les 3.700 prévues dans le cadre de la fusion , 900 auront lieu en 2023, toujours selon ce document interne. Elles concernent pour l'instant les fonctions de "front office", directement en lien avec la clientèle. La majorité des suppressions aura donc lieu en 2024, comme s'y attendaient les syndicats.

Les salariés concernés, qui ont pu être prévenus par leurs managers, devraient désormais être reçus par les ressources humaines pour se voir proposer différentes solutions (mobilité, reclassement, départ), précise le journal Les Échos. Un accord "sur l'emploi et les compétences", signé à l'unanimité par les organisations syndicales en février dernier, prévoit, en outre, un mois de salaire par semestre d'ancienneté, dans la limite de trente mois, pour les collaborateurs qui choisiraient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Victoria's Secret : des ouvrières thaïlandaises licenciées obtiennent plusieurs millions d'indemnités
Dyson a développé en secret des robots pour faire les tâches ménagères
Rachat de Twitter par Elon Musk : le gendarme boursier demande à son tour des explications
Des actionnaires de TotalEnergies ont-ils dérapé face à des manifestants pour le climat ?
Pour éviter le départ de ses employés, Apple augmente leurs salaires de 45%

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles