La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 014,03
    -3 370,34 (-8,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Franck Riester en super VRP du nucléaire

Par Michel Revol, envoyé spécial en Pologne
·1 min de lecture
Franck Riester avec, à sa droite, l'ambassadeur de France en Pologne, Frédéric Billet, lors des négociations au ministère de l'Environnement et du Climat, à Varsovie, le 2 février.
Franck Riester avec, à sa droite, l'ambassadeur de France en Pologne, Frédéric Billet, lors des négociations au ministère de l'Environnement et du Climat, à Varsovie, le 2 février.

Franck Riester est assez content de son coup. Cintré dans son costume bleu nuit, très souvent souriant, le jeune ministre du Commerce extérieur le dit à qui veut l'entendre : « J'ai vu cinq ministres en une journée ! » Il le dit une fois, deux fois, à ses interlocuteurs polonais et français. Le 2 février, Franck Riester a même rencontré à deux reprises un même ministre, Michal Kurtyka, titulaire du portefeuille de l'Environnement. La première fois le matin, lors d'une réunion très formelle dans une belle salle marbrée du ministère, pas loin du centre de Varsovie. Ensuite, après un dîner à l'ambassade de France, Franck Riester s'est rendu chez Michal Kurtyka. Pendant plus d'une heure, autour d'un verre, les deux hommes ont parlé business, mais aussi politique. Kurtyka est, comme Franck Riester en France, à la tête d'un parti de la coalition gouvernementale.

Le ministre français du Commerce extérieur, patron d'une société de distribution d'automobiles dans le civil, sait qu'une entente cordiale vaut bien des arguments techniques ou économiques lorsqu'il s'agit de vendre un dossier. Et pendant deux jours, Franck Riester a déployé tous ses charmes pour convaincre le gouvernement polonais qu'il serait bien avisé de toper avec EDF pour construire six réacteurs nucléaires. À la clé, un contrat de 34 milliards d'euros.

À LIRE AUSSIAnna Veronika Wendland, l'écolo allemande qui aime l'atome

Un agenda serré, des réunions au pas de charge, des trajets à vive allure dans [...] Lire la suite