Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 349,20
    -1 129,54 (-1,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

France Travail (ex-Pôle emploi) victime d’une cyberattaque : les données de 43 millions de Français exposées

Magali Cohen/Hans Lucas/AFP

Alerte rouge : France Travail (ex-Pôle emploi) et Cap emploi, l’organisme qui accompagne les demandeurs d’emploi en situation de handicap, ont été victimes d’une cyberattaque, annonce l’opérateur public pour l’emploi dans un communiqué publié ce mercredi 13 mars. Dès lors, «des données personnelles de demandeurs d’emploi ont été extraites et sont donc susceptibles d’être divulguées et exploitées de manière illégale», prévient France Travail. Dans le détail, les noms et prénoms, dates de naissance, numéros de Sécurité sociale, identifiants France Travail, adresses mail et postales et les numéros de téléphone des demandeurs d’emploi sont potentiellement exposés. «Les mots de passe et les coordonnées bancaires ne sont pas concernés par cet acte de cybermalveillance. Il n’existe donc aucun risque sur l’indemnisation (chômage, NDLR)», tente de rassurer l’opérateur public pour l’emploi.

L’impact de la cyberattaque n’en reste pas moins important. En effet, «la base de données qui aurait été extraite de façon illicite contient les données personnelles d’identification des personnes actuellement inscrites, des personnes précédemment inscrites au cours des 20 dernières années ainsi que des personnes non inscrites sur la liste des demandeurs d’emploi mais ayant un espace candidat sur francetravail.fr», signale l’opérateur. Au total, ce sont donc potentiellement 43 millions de personnes qui sont exposées à un risque de vol de données.

Suite à cet acte de cybermalveillance, France Travail appelle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

JO 2024 : 12 500 offres d’emploi encore à pourvoir, voici les secteurs qui recrutent
Chômage des seniors : un taux d’emploi encore très loin des objectifs du gouvernement
Salaire : combien gagne une ou un orthophoniste ?
RATP : combien gagnent les musiciens dans le métro ?
Salaire des fonctionnaires : toujours pas de revalorisation prévue pour 2024, les syndicats remontés