La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 846,83
    -119,14 (-0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

« La France, ce n'est pas l'abandon » : Élisabeth Borne défend les sanctions prises à l'encontre de la Russie

© Bertrand GUAY/Pool via REUTERS

« Notre objectif est le même depuis le début : rendre le coût de la guerre insupportable pour la Russie, frapper durement son économie, pour l'empêcher de financer son offensive », a déclaré la cheffe du gouvernement, Élisabeth Borne, lundi en ouverture d'un débat à l'Assemblée nationale, sur ce conflit et ses conséquences. « Les sanctions continueront tant que Poutine s'évertuera dans la spirale du conflit et de la confrontation. Abandonner les sanctions, ce serait abandonner l'Ukraine. Ça serait renoncer à nos valeurs. Ça serait nous soumettre à la Russie. La France, le patriotisme, ça n'est pas l'abandon, ça n'est pas le renoncement et ça n'est pas la soumission », a-t-elle assuré avec fermeté devant les députés.

Par la suite, Élisabeth Borne a adressé une pique aux députés du Rassemblement national, soupçonné de proximité avec Moscou. Certains des membres de ce parti, à l'instar de Jordan Bardella, ont précédemment estimé que ces punitions se retournaient contre la France et non pas contre la Russie, soupçonnée de s'enrichir en vendant du pétrole à prix d'or alors que l'Hexagone subit de plein fouet l'inflation. « Ces sanctions, n'en déplaise à ceux qui masquent leur fascination pour l'impérialisme russe par un prétendu patriotisme : elles fonctionnent », a affirmé la Première ministre, arguant que le PIB de la Russie a chuté de 6% cette année.

Lire aussi - Vladimir Poutine charge l’Occident pour ses sanctions : la Russie n’a « rien perdu »

Le Kremlin, maître-chanteur ?...


Lire la suite sur LeJDD