La bourse ferme dans 2 h 47 min
  • CAC 40

    7 163,60
    -2,67 (-0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,94
    -13,18 (-0,31 %)
     
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0054 (-0,50 %)
     
  • Gold future

    1 915,50
    -15,30 (-0,79 %)
     
  • BTC-EUR

    21 509,62
    -538,62 (-2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,16
    -11,16 (-2,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,92
    +0,04 (+0,05 %)
     
  • DAX

    15 433,91
    -75,28 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    7 852,44
    +32,28 (+0,41 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2136
    -0,0093 (-0,76 %)
     

La France recommence (enfin) à exporter son électricité

La France est redevenue exportatrice nette d'électricité en 2023. (Photo d'illustration).  - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
La France est redevenue exportatrice nette d'électricité en 2023. (Photo d'illustration). - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Pour la première fois depuis des mois, la France est redevenue au tournant de l'année 2023 exportatrice nette d'électricité, à la faveur d'un hiver doux, d'une belle production éolienne et des efforts d'EDF pour rebrancher des réacteurs nucléaires. « Depuis le 1er janvier, le solde net d'exportation d'électricité s'élève à 1,4 térawattheure (TWh) », a indiqué mardi à l'AFP le gestionnaire du réseau de haute et très haute tension, RTE. Ce solde équivaut à la puissance consommée sur un an par 450 000 foyers.

La « remontada » de la production nucléaire, la douceur hivernale qui évite de pousser le chauffage et des vents favorables pour la production éolienne font que la France recommence à exporter plus d'électricité vers ses voisins européens qu'elle n'en importe, au moins provisoirement. « On a l'impression qu'on a changé de monde », a résumé auprès de l'AFP Nicolas Goldberg, expert énergie au cabinet Colombus Consulting. « La consommation extrêmement basse, des éoliennes qui produisent à fond et un nucléaire qui produit dans la moyenne prévue par RTE, tout cela fait qu'on est exportateur net d'électricité et que plus personne ne parle de coupures » de courant, explique-t-il.

Dix réacteurs arrêtés

Au moment où les parlementaires examinent un projet de loi pour accélérer le développement des énergies renouvelables et rattraper un retard criant par rapport aux voisins européens, « l'énergie éolienne montre aussi qu'elle apporte un petit service en hiver », relèv [...] Lire la suite