Marchés français ouverture 4 h 50 min
  • Dow Jones

    30 046,24
    +454,97 (+1,54 %)
     
  • Nasdaq

    12 036,79
    +156,15 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    26 581,98
    +416,39 (+1,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,1909
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    26 893,58
    +305,38 (+1,15 %)
     
  • BTC-EUR

    15 917,77
    -109,20 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    375,68
    +5,92 (+1,60 %)
     
  • S&P 500

    3 635,41
    +57,82 (+1,62 %)
     

Frais de succession : ces banques où mourir coûte très cher

Marie-Eve FRÉNAY
·1 min de lecture

A quelques jours de la Toussaint, MoneyVox s’est penchée sur un aspect oublié de l’encadrement des tarifs bancaires : les frais de successions (1). Il s’agit de frais prélevés par la banque lors de la clôture des comptes de la personne décédée. Leur tarification est non encadrée et peu sujette à la mise en concurrence. Résultat, certaines banques appliquent des frais très élevés. Cette année, comme en 2019, ce sont Allianz Banque et AXA Banque qui ont la main la plus lourde, en retenant 450 euros de frais pour une succession de 15 000 euros réglée en 2 mois. Sur les 113 établissements étudiés, la moyenne est plutôt autour de 200 euros.

Il ne fait pas bon, non plus, de mourir en étant client du Crédit Mutuel du Sud-Ouest qui applique 410 euros de frais de succession, au Crédit Agricole du Languedoc (370 euros), à la Banque Populaire Val de France (345 euros), au Crédit Agricole Centre Ouest (320 euros), à la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France, ou encore chez ING, Fortuneo et Orange Bank qui appliquent toutes les trois 300 euros de frais. Cette note semble d’autant plus salée qu’un virement bancaire externe coûte au maximum quelques euros lorsqu’il est réalisé par un conseiller bancaire. De plus, par la diversité des enseignes précédemment citées, on se rend bien compte que rares sont les groupes bancaires à faire preuve de légèreté sur cette ligne tarifaire.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Société Générale, BNP Paribas, Crédit Agricole... Allez-vous devoir payer pour être conseillé ?
- Immobilier : ces SCPI les plus menacées par le reconfinement
- Reconfinement : ces Français qui s'apprêtent à épargner encore plus