La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 188,56
    -0,65 (-0,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Frais bancaires : une hausse très limitée en 2023, selon une étude

Loïs Larges

Le 13 septembre dernier, Bruno Le Maire, annonçait la mise en place d'un bouclier sur les frais bancaires. Le ministre de l'Économie et des Finances s'appuyait alors sur un accord passé avec certaines banques françaises pour plafonner la hausse des tarifs bancaires en 2023 à 2%. "Certaines banques françaises vont geler leurs tarifs bancaires sur l'ensemble de l'année 2023 sur des services très courants, comme la carte bancaire", se félicitait l'homme politique. Il était aussi question d'une diminution des frais bancaires pour les publics les plus fragiles de trois euros par mois à un euro par mois. Cette promesse a-t-elle été tenue, dans les faits ? La réponse semble positive à en croire les résultats de l'étude de MoneyVox publiée ce mardi 15 novembre. Selon cette société qui a passé aux cribles les tarifs 2023 des banques, les frais bancaires augmenteront très peu en 2023, en deçà du plafond de 2%.

Cette limite n'était en fait pas si compliquée à respecter pour les établissements bancaires, qui depuis la concurrence des banques en ligne et néobanques sont obligées de modérer leur hausse de tarifs annuelle, explique Maxime Chipoy, le président de MoneyVox, interrogé par Le Parisien, mardi 15 novembre. Mais il existe quelques exceptions dont les tarifs iront au-delà des 2%, comme la lettre d'information préalable au rejet d'un chèque (+6,81%), qui coûte déjà en moyenne treize euros, le retrait hors réseau DAB de la banque (+5,74%), le chèque de banque (+2,80%) et l'assurance perte (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les besoins essentiels en eau vont-ils bientôt devenir gratuits ?
Le taux d’intérêt du LEP va augmenter en 2023, pouvez-vous en ouvrir un ?
Taxe d’habitation : devrez-vous la payer une dernière fois le 15 novembre ?
Chauffage au bois : une aide adoptée à l'Assemblée
Assurance emprunteur : vous pouvez bien être indemnisé malgré une fausse déclaration