La bourse ferme dans 2 h 45 min
  • CAC 40

    7 162,75
    -3,52 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 227,18
    -13,94 (-0,33 %)
     
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0847
    -0,0064 (-0,59 %)
     
  • Gold future

    1 910,60
    -20,20 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 556,12
    -510,41 (-2,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,23
    -11,09 (-2,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,85
    -0,03 (-0,04 %)
     
  • DAX

    15 441,57
    -67,62 (-0,44 %)
     
  • FTSE 100

    7 853,83
    +33,67 (+0,43 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2124
    -0,0105 (-0,86 %)
     

La fin des influenceurs, c’est le début des emmerdes

Dans ce numéro de la newsletter #Règle30 de Numerama, on réfléchit sur le futur de l’influence en ligne : avec, ou sans humain ?

Il y a une quinzaine d’années, le web est devenu le royaume des influenceurs et des influenceuses. Nos activités en ligne n’étaient plus communautaires (par exemple, via des forums ou chans IRC), mais s’agrégeaient autour de personnes en particulier. Il y a eu les blogueurs et les blogueuses, les youtubeurs et les youtubeuses, puis toute une cohorte de célébrités en ligne évoluant sur plusieurs plateformes à la fois. On a observé ces changements avec fascination, puis mépris. On s’est émus que de nombreux enfants souhaitent devenir influenceurs ou influenceuses, comme si on n’avait pas, nous aussi, rêvé d’être riches et célèbres à leur âge. On s’est inquiétés des pratiques commerciales parfois frauduleuses de ces personnalités. On s’est moqués de leurs productions et créations, généralement avec une bonne louche de classisme et de sexisme. Et désormais, beaucoup prédisent avec une certaine satisfaction la fin de cette ère. Les influenceurs et influenceuses seraient vouées à disparaître.

De fait, plusieurs facteurs laissent à penser que la création en ligne est en train d’évoluer. Il est de plus en plus difficile de gagner sa vie en produisant des contenus sur YouTube, Instagram, TikTok ou Twitch. Les grandes plateformes rompent progressivement avec les internautes qui ont fait leur succès (pas de YouTube sans youtubeurs ou youtubeuses),

[Lire la suite]