La bourse ferme dans 1 h 5 min
  • CAC 40

    6 513,72
    -43,68 (-0,67 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 738,32
    -39,06 (-1,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 753,74
    -245,30 (-0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,0054
    -0,0038 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    1 765,40
    -5,80 (-0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    21 335,80
    -2 210,15 (-9,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    508,66
    -32,94 (-6,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,61
    +0,11 (+0,12 %)
     
  • DAX

    13 569,53
    -127,88 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 553,19
    +11,34 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    12 738,30
    -227,04 (-1,75 %)
     
  • S&P 500

    4 236,27
    -47,47 (-1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1831
    -0,0102 (-0,85 %)
     

Facebook interdit les publications sur l’envoi de pilules abortives

Des suppressions de publications proposant des pilules abortives ont été repérées sur Facebook. Des publications sur Instagram ont aussi été marquées d’un encart d’avertissement. Le réseau social assure ne pas vouloir empêcher la discussion sur l’IVG, mais prévient qu’il est interdit d’en proposer, vendre, donner ou demander sur la plateforme.

Facebook accepte que l’on parle d’avortement, de pilule ou d’interruption volontaire de grossesse (IVG), mais le réseau social s’oppose aux publications qui proposeraient d’envoyer lesdits produits médicaux. Voilà la position que le réseau social entend tenir, quelques jours après la décision de la Cour suprême américaine de revoir les règles de l’avortement aux États-Unis.

Cette ligne de crête que le site communautaire cherche à emprunter a été résumée par Andy Stone, le chef de la communication de Facebook.

Sur Twitter, il écrivait le 27 juin 2022 que tout « contenu qui tente d’acheter, de vendre, d’échanger, de donner, de demander ou de donner des produits pharmaceutiques n’est pas autorisé ». C’est dans cette catégorie que tombent les pilules abortives. En revanche, « le contenu qui traite du caractère abordable et de l’accessibilité des médicaments sur ordonnance est autorisé ».

Des publications liées aux pilules ont disparu

Andy Stone réagissait à une enquête de Vice, qui observe que « Facebook sanctionne les personnes qui disent qu’elles vont envoyer des pilules d’avortement par la poste ». Le papier montre que le jour même de la décision de la Cour suprême,

[Lire la suite]

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles