La bourse est fermée

Facebook incite ses employés à utiliser un chatbot pour répondre aux critiques de leurs proches

Vadim Rubinstein

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, s'exprime lors d'une conférence en avril 2018. Anthony Quintano/Wikimedia Commons

Les fêtes de fin d'année sont un moment redouté par les salariés de Facebook. Alors que le réseau social est pointé du doigt à l'international pour son mode de gouvernance, certains employés ont fait part à leur direction de leur crainte d'affronter les remarques de leurs proches. Pour Thanksgiving, Facebook leur a donc offert un moyen de répondre aux critiques sereinement : un chatbot. Facebook représente-t-il une menace pour la démocratie ? Respecte-t-il réellement la vie privée de ses utilisateurs ? Utilise-t-il leurs données à des fins marchandes ou politiques ? Le "Liam Bot" a la réponse.

En le consultant, les salariés peuvent ainsi s'aligner sur la position officielle de la firme à propos de ces sujets épineux. Et pour cause, les réponses préenregistrées proviennent directement du département des relations publiques. "Nos employés nous demandent régulièrement des informations à utiliser avec leurs proches sur des sujets [concernant Facebook] évoqués dans les médias, et ce particulièrement à l'approche des fêtes de fin d'année", a indiqué une porte-parole de Facebook au New York Times, qui a révélé l'information. "Nous avons intégré cela dans un chatbot, que nous avons commencé à tester au printemps."

À lire aussi — Facebook a créé une application de reconnaissance faciale testée en interne

Dans le cas où un proche s'interrogerait sur la manière dont le réseau social agit contre les discours haineux, l'agent conversationnel répondrait sans ciller que Facebook consulte des experts en la matière, a engagé davantage de modérateurs afin de réguler le flux de contenus et utilise l'intelligence artificielle afin de débusquer les messages de haine. Le chatbot peut également fournir des statistiques, tirées d'un…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : Mark Zuckerberg assure que Facebook se retirerait du projet Libra s'il n'était pas approuvé par les régulateurs américains

Aussi sur Business Insider