La bourse ferme dans 7 h 6 min
  • CAC 40

    6 115,56
    +68,25 (+1,13 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 566,68
    +27,80 (+0,79 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0590
    +0,0003 (+0,03 %)
     
  • Gold future

    1 828,80
    +4,00 (+0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    19 723,84
    -616,95 (-3,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    455,56
    -6,24 (-1,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,88
    +1,31 (+1,20 %)
     
  • DAX

    13 277,76
    +91,69 (+0,70 %)
     
  • FTSE 100

    7 339,07
    +80,75 (+1,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,2279
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Etats-Unis : la Fed relève très fortement ses taux, plus forte hausse depuis 28 ans

C'est une première depuis 1994. La banque centrale américaine (Fed), "fortement déterminée à ramener l'inflation à son objectif de 2%", a relevé mercredi 15 juin ses taux directeurs de trois quarts de points de pourcentage, soit la plus forte hausse depuis 28 ans, pour tenter de contrôler une inflation plus forte qu'escompté. Avec cette troisième hausse d'affilée, ces taux se situent désormais dans une fourchette comprise entre 1,5 et 1,75%. La Fed a aussi annoncé qu'elle tablait sur une inflation de 5,2% cette année, contre 4,3% projeté en mars, et procèdera donc à d'autres hausses lors de ses prochaines réunions de 2022.

Parallèlement, elle anticipe une croissance économique moins forte que prévu cette année aux Etats-Unis, à 1,7%, contre 2,8% précédemment. Elle s'attend par ailleurs à ce que le taux de chômage soit plus élevé que prévu à 3,7%, contre 3,5% auparavant. "L'activité économique générale a rebondi", après s'être contractée au premier trimestre, note la Fed dans un communiqué publié à l'issue de sa réunion, citant "des gains d'emplois robustes ces derniers mois et un taux de chômage restant à un faible niveau".

Mais l'inflation demeure "élevée reflétant les déséquilibres entre l'offre et la demande liés à la pandémie, les prix de l'énergie plus élevés et plus largement les pressions sur les prix", a-t-elle ajouté. L'institution rappelle que l'invasion en Ukraine et les sanctions ont créé "des pressions supplémentaires à la hausse sur l'inflation et pèsent sur l'activité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crise alimentaire : le nombre de déplacés pourrait encore plus grossir après avoir atteint un record en mai
Cet hôpital privé va offrir une très belle prime aux nouvelles infirmières
Voici les députés qui ont employé le plus d'assistants parlementaires
Ce jackpot offert au futur gagnant de la télé-réalité inspirée de Squid Game
La compagnie Turkish Airlines va changer de nom

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles