Publicité
Marchés français ouverture 7 h 44 min
  • Dow Jones

    39 872,99
    +66,22 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    16 832,62
    +37,75 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0860
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 631,27
    +91,07 (+0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 528,68
    +40,14 (+2,70 %)
     
  • S&P 500

    5 321,41
    +13,28 (+0,25 %)
     

Aux Etats-Unis, la Fed entame sa réunion, en plein rebond de l'inflation

Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell, lors de la conférence de presse à l'issue de la dernière réunion de la banque centrale, le 20 mars 2024 à Washington (Mandel NGAN)
Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell, lors de la conférence de presse à l'issue de la dernière réunion de la banque centrale, le 20 mars 2024 à Washington (Mandel NGAN)

La Réserve fédérale américaine (Fed) a entamé mardi matin sa réunion monétaire, qui s'achèvera mercredi à la mi-journée. Les taux d'intérêt devraient conserver leur niveau actuel, alors que le récent rebond de l'inflation laisse planer le doute quant au calendrier de l'assouplissement monétaire.

La réunion du comité de politique monétaire (FOMC) "a commencé à 10H00 locales (14H00 GMT) comme prévu", a indiqué un porte-parole de la Fed.

Elle s'achèvera mercredi lorsque le Comité publiera son communiqué à 14H00 (18H00 GMT), et le président de la banque centrale, Jerome Powell, tiendra une conférence de presse trente minutes plus tard.

PUBLICITÉ

Il "sera interrogé sur l'inflation et ses implications sur les taux d'intérêt", anticipe Ryan Sweet, chef économiste pour Oxford Economics.

Les questions pourraient même porter sur une éventuelle nouvelle hausse des taux, souligne-t-il, mais "il y a de fortes chances que (Jerome) Powell s'en tienne au mantra de la Fed selon lequel la politique monétaire est flexible et réagira de manière appropriée".

La Fed en effet s'apprêtait il y a quelques mois à commencer à abaisser les taux, qui plafonnent depuis juillet entre 5,25 et 5,50%, leur plus haut niveau depuis le début des années 2000.

Mais récemment, l'inflation qui semblait avoir entamé une baisse durable, a rebondi, poussant l'institution à se montrer encore plus prudente avant une baisse des taux qui risquerait de provoquer une nouvelle flambée des prix.

Elle va néanmoins devoir jouer serré, car si elle entame trop tard son assouplissement monétaire, elle risque, à l'inverse, de faire souffrir la croissance économique et le marché de l'emploi.

Les marchés tablaient, il y a quelques semaines encore, sur une première baisse en juin, mais ils misent désormais sur septembre, voire même novembre, selon l'estimation de CME Group.

L'inflation s'est élevée en mars à 2,7% sur un an, selon l'indice PCE privilégié par la Fed, et qu'elle souhaite ramener à 2%.

Une autre mesure de l'inflation, l'indice CPI, sur lequel sont notamment indexées les retraites aux Etats-Unis, a également accéléré le mois dernier, à 3,5% sur un an.

Cela avait d'ailleurs conduit le président de la Fed, Jerome Powell, à changer de ton, avertissant qu'il faudrait sans doute "plus longtemps que prévu" pour être certains que l'inflation ralentisse de façon durable.

La Fed ne mettra pas à jour cette semaine ses prévisions économiques, qui seront révisées lors de la prochaine réunion, les 11 et 12 juin.

jul/vmt/spi