La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 262,89
    -393,92 (-2,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

Pour Eric Woerth, la réforme des retraites doit être menée à son terme

La réforme des retraites sera-t-elle menée à son terme ? C'est ce que souhaite Eric Woerth. Rallié à Emmanuel Macron, l'ex membre des Républicains, président de la commission des Finances de l'Assemblée, a estimé dimanche 29 mai qu'il ne fallait pas différer la réforme des retraites, même si elle est "difficile", tout en prenant le temps de la concertation. Durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a défendu un report progressif de l'âge légal de départ à 65 ans à l'horizon 2030. Mais ce n'est "pas un dogme", avait-il insisté, en évoquant la possibilité de s'arrêter à 64 ans en 2027.

"Les 65 ans ne sont "pas un totem", a répété il y a une semaine la Première ministre Elisabeth Borne. Mais "il faut assurer le financement de notre modèle social", a-t-elle martelé, en épinglant les promesses du RN ou de LFI de "travailler moins", à l'approche des élections législatives de juin. Eric Woerth ne veut pas non plus temporiser car "il y a toujours plein de raisons de ne pas faire les réformes difficiles".

Or "un homme politique, une femme politique sont là pour prendre aussi des décisions qui ne vont pas nécessairement dans le sens de l'opinion publique", a déclaré à France Inter-Franceinfo-Le Monde celui qui en 2010, avec Nicolas Sarkozy, avait reporté l'âge légal de 60 à 62 ans. "On ne gouverne pas uniquement en fonction des sondages, on gouverne en fonction de l'intérêt du pays", et "pas uniquement de l'intérêt à court terme", a insisté l'ancien ministre du Budget, défendant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Adrien Couret, directeur général d'Aéma : "En automobile, il faut s'attendre à des évolutions de prime de 0 à 3%"
Vers une hausse de la facture d'électricité en rattrapage du "bouclier tarifaire" ?
Ligue des Champions : le préfet de police de Paris saisit la justice pour "fraude massive aux faux billets"
L'organisation de la finale de Ligue des champions pointée du doigt, les prix des billets en baisse selon la SNCF… Le flash éco du jour
Le Havre : attention à cette nouvelle arnaque au faux casting

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles