Marchés français ouverture 3 h 19 min
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 764,90
    -99,42 (-0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,1908
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 708,93
    -389,36 (-1,34 %)
     
  • BTC-EUR

    42 345,19
    +309,96 (+0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 019,24
    +76,07 (+8,07 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     

Équateur : au moins 75 morts dans des prisons

Source AFP
·1 min de lecture
Des militaires équatoriens devant la prison de Guayaquil, mardi 23 février (illustration) .
Des militaires équatoriens devant la prison de Guayaquil, mardi 23 février (illustration) .

Au moins 75 détenus sont morts lors d'une série de mutineries qui ont éclaté mardi 23 février dans trois des prisons surpeuplées d'Équateur et qui, selon les autorités, sont dues à des rivalités entre gangs de narcotrafiquants.

Ce pays est confronté à une crise pénitentiaire sans précédent : au moins 62 morts, dont 33 à Cuenca (sud), 21 à Guayaquil (sud-ouest) et huit à Latacunga (sud), a précisé Edmundo Moncayo, directeur du service pénitentiaire (SNAI). Il n'a pas fait état de morts parmi les forces de l'ordre, mais de « policiers qui ont été blessés », sans en préciser le nombre. Plus tard, le service pénitentiaire a fait état dans la soirée sur Twitter d'une « hausse de 13 morts » supplémentaires à la prison du port de Guayaquil, deuxième ville et capitale économique du pays, sur la côte Pacifique.

Un « massacre sans précédent »

Le Défenseur du peuple a qualifié de « massacre sans précédent » ces mutineries, au cours desquelles des prisonniers ont aussi été blessés, selon les autorités. Cette entité publique de défense des droits humains a exprimé sa « préoccupation pour le manque de sécurité que vit le pays, lequel se reflète dans l'augmentation de la délinquance et de la violence à l'intérieur des centres carcéraux ».

Le parquet a attribué les troubles à des « affrontements de bandes criminelles ». De son côté, le président Lenin Moreno a dénoncé une action simultanée d'« organisations criminelles », assurant sur Twitter que les forces de l'ordre « agiss [...] Lire la suite