Publicité
La bourse ferme dans 2 h 42 min
  • CAC 40

    8 069,99
    -62,50 (-0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 041,17
    -18,03 (-0,36 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0880
    +0,0020 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    2 357,90
    +23,40 (+1,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 780,99
    -231,03 (-0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 487,17
    -9,29 (-0,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,10
    +1,38 (+1,78 %)
     
  • DAX

    18 729,36
    -45,35 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    8 287,07
    -30,52 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2793
    +0,0021 (+0,17 %)
     

Votre employeur peut-il s’opposer à votre demande de retraite progressive ?

Votre employeur peut-il s’opposer à votre demande de retraite progressive ?

Une phase de transition qui peut être appréciée. Deux ans avant votre âge légal de départ à la retraite, vous pouvez demander une retraite progressive. Un dispositif qui vous permet de réduire votre activité tout en commençant à percevoir une partie de votre pension. Avec le report de l’âge légal de 62 ans à 64 ans, mécaniquement, l’âge d’accès à la retraite progressive va augmenter pour atteindre 62 ans à partir de la génération née en 1968.

Réservée à l’origine aux salariés, la retraite progressive bénéficie, depuis la réforme des retraites de 2023, aux fonctionnaires, contractuels mais aussi aux travailleurs non salariés. Quel que soit votre statut, vous devez avoir cumulé au moins 150 trimestres pour en faire la demande. L’activité que vous exercez doit être comprise entre 40 et 80% d’un temps plein si vous êtes salarié et entre 50 et 90% si vous êtes fonctionnaire.

Côté pratique, avant de prendre une retraite progressive, vous devez obtenir un temps partiel auprès de votre employeur. «Il ne peut pas s’opposer à la demande de retraite progressive mais à celle de réduction du temps de travail», précise Philippe Bainville, expert de l’Assurance retraite, lors d’un webinaire organisé par Capital le 21 mars dernier. Et nouveauté, depuis la réforme des retraites, l’employeur doit justifier son refus pour cette réduction du temps de travail.

Lorsque vous faites votre demande de passage à temps partiel, l’employeur a deux mois pour vous donner son accord. Sans réponse de sa part dans (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cumul emploi retraite : obtenez-vous automatiquement de nouveaux droits ?
Comment est pris en compte le chômage pour la retraite ?
Pension de réversion, Aspa : les démarches pour toucher ces aides seront bientôt simplifiées
Retraite complémentaire Agirc-Arrco : comment l'Etat pourrait faire main basse sur les réserves du régime
Retraite : comment est calculée votre pension si vous êtes en mi-temps thérapeutique ?