La bourse ferme dans 2 h 44 min
  • CAC 40

    5 920,50
    -15,92 (-0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 414,84
    -18,61 (-0,54 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9757
    -0,0038 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 717,40
    -3,40 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    20 322,07
    -626,89 (-2,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    450,78
    -12,35 (-2,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,70
    +1,25 (+1,41 %)
     
  • DAX

    12 416,86
    -53,92 (-0,43 %)
     
  • FTSE 100

    6 997,87
    +0,60 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1132
    -0,0037 (-0,33 %)
     

« Disney Prime », hausse de prix, publicité : Disney+ va encore changer

Des évolutions substantielles attendent Disney+, sur les prix et sur la publicité. Mais il y a surtout un projet de « Disney Prime » qui est en gestation. Un dossier majeur.

Une hausse de prix et de la publicité. Telle est trajectoire à venir de Disney+ sur sa politique tarifaire. Ce n’est pas tout à fait une surprise : on connaissait l’intention du géant du divertissement de revoir ses tarifs, mais aussi de lancer une formule plus abordable, et dont le financement serait supporté partiellement par la diffusion de messages publicitaires. Comme à la TV.

En France, une remontée du prix de l’abonnement de Disney+ avait déjà été actée ce printemps. Le tarif pour accéder au service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) est de 8,99 € par mois, et cela, depuis un moment. Mais tout le monde n’était pas à ce niveau. Il y avait encore des internautes à 6,99 € par mois. Il y a donc une « remise à niveau » en cours.

Logo_Disney+2
Logo_Disney+2

Ce ne devrait d’ailleurs ne pas s’arrêter là. En août, Disney a fait savoir qu’une révision supplémentaire de ses prix pour Disney+ était programmée pour le mois de décembre. Pour l’instant, seul le marché américain est concerné,

[Lire la suite]