La bourse ferme dans 8 h 14 min
  • CAC 40

    6 684,46
    +19,26 (+0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 946,60
    +11,09 (+0,28 %)
     
  • Dow Jones

    33 849,46
    -497,57 (-1,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0361
    +0,0016 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 753,40
    +13,10 (+0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    15 883,12
    +114,49 (+0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    388,21
    +7,92 (+2,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,56
    +1,32 (+1,71 %)
     
  • DAX

    14 417,88
    +34,52 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    7 499,86
    +25,84 (+0,35 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,50
    -176,86 (-1,58 %)
     
  • S&P 500

    3 963,94
    -62,18 (-1,54 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • HANG SENG

    18 187,74
    +889,80 (+5,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2025
    +0,0060 (+0,50 %)
     

Disney+ attire toujours plus d'abonnés mais voit ses pertes se creuser

PIXABAY

La plateforme Disney+ compte désormais 164,2 millions d'abonnés, une progression de 12 millions par rapport à la fin juin, bien plus que n'en attendait le marché, d'après un communiqué de résultats trimestriel publié mardi. Mais les plateformes de streaming du groupe californien (Disney+, ESPN+ et Hulu) ont plus que doublé leurs pertes opérationnelles sur un an, à 1,47 milliard de dollars pour la période de juillet à septembre. Le groupe californien a assuré que ses pertes avaient atteint leur "pire" niveau. "Elles vont commencer à diminuer pendant le trimestre en cours", a promis Bob Chapek, le patron de la société, lors de la conférence téléphonique aux analystes. Il a de nouveau assuré que Disney+ parviendrait à la rentabilité en 2024.

La plateforme va lancer le 8 décembre un nouvel abonnement avec publicité, pour 7,99 dollars par mois, tandis que son abonnement de base sans publicité passe à 10,99 dollars, aux Etats-Unis. Comme son concurrent Netflix, qui met en service ce mois-ci une formule similaire, Disney+ espère ainsi attirer encore plus de spectateurs mais aussi diversifier leurs sources de revenus.

Bob Chapek a en outre évoqué à demi-mot des coupes budgétaires, notamment dans les dépenses de marketing, et la possibilité de relever encore les prix. "Notre histoire montre que les hausses de tarif (...) ne se sont pas traduites par des augmentations significatives des résiliations. Ainsi, nous pensons que nous avons encore de la marge", a-t-il précisé. Pour le trimestre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : toujours un important risque de baisse sur les actions, avertit JPMorgan
Stellantis suspend ses campagnes de publicité sur Twitter
Succès retentissant pour le futur plus gros paquebot du monde, déjà complet
Airbnb : après des plaintes, plus de transparence sur les frais cachés
Sobriété énergétique : plus de la moitié des entreprises européennes encore à la traîne