La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 155,58
    +69,54 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 819,86
    +235,30 (+2,03 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0995
    +0,0129 (+1,19 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 315,20
    +87,93 (+0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    532,63
    +289,95 (+119,48 %)
     
  • S&P 500

    4 122,69
    +46,09 (+1,13 %)
     

DART : voilà les ultimes instants de la sonde kamikaze avant le crash sur l’astéroïde

Dart photo
Dart photo

Dans la nuit du 26 au 27 septembre 2022, la Nasa a précipité une sonde spatiale contre un astéroïde pour modifier son orbite. Objectif : s’entraîner avec une cible inoffensive pour le jour où une vraie menace arriverait.

C’est une première dans l’histoire de l’humanité. Nous savons désormais heurter volontairement un astéroïde, pour tenter de modifier sa trajectoire dans l’espace. Le but de la manœuvre, organisée par l’agence spatiale américaine ? Procéder à un exercice de défense planétaire, en répétant un scénario pour le jour où un astéroïde risquerait se percuter la Terre.

Avec l’astéroïde Dimorphos, la Terre ne courait absolument aucun danger. Sa trajectoire, même modifiée, ne l’amène pas à croiser notre orbite. Pourquoi le viser spécifiquement, alors ? Cette cible est en réalité une sorte de petite lune gravitant autour d’un autre astéroïde, Didymos. Dimorphos s’avère être un excellent terrain d’essai pour expérimenter l’énergie cinétique comme « arme de défense ».

Didymoon Didymos
Didymoon Didymos

Le plan consistait à projeter à très haute vitesse DART, qui est un impacteur (son nom est un acronyme pour « Double Asteroid Redirection Test »). DART avait une masse d’un peu plus d’une demi-tonne (550 kg) et a été lancé contre Dimorphos à près de 23 700 km/h.

[Lire la suite]