Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 888,21
    -181,38 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    17 001,48
    +80,69 (+0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0877
    +0,0017 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 311,21
    -2 433,27 (-3,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 478,22
    -18,24 (-1,22 %)
     
  • S&P 500

    5 306,59
    +1,87 (+0,04 %)
     

Credit suisse : Lazard Frères Gestion, Allianz et GAM perdent gros sur les obligations

Omar Marques/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Lazard Frères Gestion (LFG) et l’américain Pimco (filiale d’Allianz) ont payé un tribut particulièrement lourd à l’occasion du rachat de Credit suisse par UBS orchestré par Berne, la Banque nationale suisse (BNS) et l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma). Destinée à rassurer la communauté financière sur le système bancaire et la place financière helvétiques, cette transaction historique, très controversée (les autorités suisses ayant pris quelques libertés, en désavantageant indûment certaines catégories d’investisseurs plutôt que d’autres), leur a en effet occasionné des pertes particulièrement lourdes, suite à l’effacement de certaines obligations.

Selon des déclarations transmises à l'AFP, les deux sociétés de gestion d'actifs ont essuyé des pertes respectives de 142 millions d'euros et d’environ 340 millions de dollars. Le schéma de l’acquisition de Credit suisse par UBS prévoit en effet l'annulation de 17 milliards de dollars de titres de dette dits "CoCo" (Contingent Convertible), aussi appelés Additional Tier 1 (AT1), détenus par des banques ou des fonds. Plus risquées (mais aussi bien plus rémunératrices) que des obligations traditionnelles, ces obligations à conversion obligatoire (sorte de croisement entre une obligation classique et une action) sont un type d’emprunt conditionnel converti en actions d’une entreprise dès que les taux de capitaux propres de la société en question passent au-dessous d’un seuil défini. Ces titres de dette avaient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les avantages et les inconvénients des rachats d’actions, sur lesquels Macron tire à boulets rouges
UBS va-t-il profiter ou pâtir de l’achat de Credit suisse ? Conseil Bourse
Le milliardaire Daniel Kretinsky s'impose chez Fnac Darty et monte à 25 % du capital
Ryanair lance une pétition pour se protéger contre les grèves françaises
Crédit agricole et Stellantis récupèrent des activités d’ALD et Leaseplan