Publicité
Marchés français ouverture 4 h 40 min
  • Dow Jones

    38 949,02
    -23,39 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 947,74
    -87,56 (-0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    38 953,49
    -254,54 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0838
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    16 651,76
    +114,91 (+0,69 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 725,55
    +4 188,28 (+7,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 069,76
    -8,42 (-0,17 %)
     

Covid-19 : les vaccins peuvent provoquer des troubles menstruels selon une étude

Halfpoint/Adobe Stock

Une nouvelle étude donne raison aux femmes victimes de règles abondantes. Le risque de troubles menstruels est légèrement augmenté pendant les trois mois qui suivent l'administration d'un vaccin anti-Covid à ARN messager, avance une étude diffusée ce mercredi 24 janvier par les autorités sanitaires françaises, alors qu'un tel lien reste débattu dans la communauté scientifique. L'étude «met en évidence une augmentation de 20% du risque de saignements menstruels abondants ayant nécessité une prise en charge à l'hôpital dans un délai de 1 à 3 mois», après avoir pour la première fois reçu un vaccin Pfizer ou Moderna, résume dans un communiqué l'organisation Epi-Phare, qui associe l'autorité du médicament et la Sécurité sociale, en charge notamment de la protection des individus en matière de santé.

Depuis le début des campagnes de vaccination anti-Covid, voici près de deux ans et demi, de nombreuses femmes ont fait état de perturbations dans leurs cycles menstruels. Sur la base de ces déclarations, l'Agence européenne du médicament (EMA) a fini par inclure la présence de saignements menstruels importants comme effet secondaire possible des vaccins à ARN messager, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna. Celle d'Epi-Phare vient donner des arguments aux partisans de l'existence d'un tel lien. Les chercheurs ont recensé le statut vaccinal de plusieurs milliers de femmes hospitalisées pour saignements menstruels abondants en 2021 et 2022. Ils ont comparé leur situation à un groupe témoin de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Présidentielle américaine : pourquoi le programme économique de Trump n'est pas une bonne nouvelle pour l'Europe (et la France)
L’Assemblée nationale augmente de plus de 300 euros par mois les frais de mandat de députés
Simplification : «L’Etat doit apprendre le langage des entrepreneurs !»
Après les agriculteurs, la colère de la pêche côtière
Colère des agriculteurs : «Il faut en priorité régler la question du gazole non routier», selon le député André Chassaigne