La bourse est fermée

Covid-19 : voici pourquoi la HAS ne se prononcera pas avant mi-septembre sur les vaccins contre Omicron

BabelFX/Adobe Stock

Il faudra attendre quinze jours de plus pour lire l'avis de la Haute autorité de Santé (HAS) sur les vaccins bivalents, des vaccins qui ciblent les sous-variants d'Omicron, en plus de la souche originale du Covid-19. La HAS a annoncé, dans un communiqué publié ce lundi 5 septembre sur son site, qu’elle rendra seulement à la mi-septembre son avis global sur ces vaccins bivalents. Jeudi 1er septembre, l'EMA, son homologue européen, avait déjà autorisé les vaccins à ARN messager développés par Moderna et Pfizer BioNTech qui ciblent (seulement) le sous-variant d'Omicron, le BA.1.

Mais comme l'autorité de réglementation des médicaments européenne a décidé d'avancer à la mi-septembre son examen d'autres vaccins bivalents ciblant cette fois les variants BA.4 et BA.5, la HAS a préféré attendre l'avis de l'EMA pour actualiser en une seule fois la stratégie vaccinale actuelle applicable dans l'Hexagone, et positionner dans un même avis l’ensemble des vaccins qui pourront être utiles et disponibles pour la campagne de vaccination prévue à l’automne. C'est donc aux alentours de la mi-septembre que la HAS publiera un avis sur l'ensemble des vaccins qui ciblent les trois variants d'Omicron, le BA.1, le BA.4 et le BA.5, en plus de la souche originale.

La France va bientôt lancer une campagne de rappel, une nouvelle vague pendant les mois d'hiver étant redoutée. Pour toutes les personnes à risque de forme grave dont le rappel est ancien (plus de trois mois après la dernière dose pour les personnes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Japon : les funérailles de Shinzo Abe coûteront 12 millions d'euros
Le rendement de votre PEL menacé, le gouvernement prêt à limiter la hausse de la taxe foncière… Le flash éco du jour
Strasbourg : les habitants d’un quartier en colère, leur facture d’énergie bondit de 152 %
La Poste : 2.500 habitants privés de courrier à cause de l'insécurité
Sobriété énergétique, taxe sur les superprofits, gazoduc... ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron