La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 941,79
    -344,85 (-1,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Le cours du pétrole renoue avec ses niveaux d'avant l'invasion de l'Ukraine

Emportés par les craintes de récession qui menacent la demande d'or noir, dans un contexte d'inflation record aux Etats-Unis et en zone euro, le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en septembre, perdait 3,67% à 95,93 dollars vers 14H15 GMT (16H15 à Paris), ce jeudi 14 juillet. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, pour livraison en août, chutait quant à lui de 4,40% à 92,04 dollars. Les craintes d'un ralentissement de la demande ont effacé les gains enregistrés après l'invasion de la Russie, lorsque les cours du brut avaient été propulsés à des niveaux plus vus depuis la crise financière de 2008.

Les deux références mondiales du brut renouaient ainsi avec leurs niveaux d'avant l'invasion de l'Ukraine, lorsque le Brent valait entre 95 et 99 dollars le baril et le WTI s'échangeait entre 90 et 94 dollars le baril. Le prix du Brent comme celui du WTI reste toutefois en hausse d'environ 22% sur l'année, les perturbations de l'offre et les perspectives d'une invasion russe imminente ayant déjà tiré les cours vers le haut au début de l'année avant le début de la guerre le 24 février. "Les craintes de récession sont une fois de plus le moteur" de la baisse des cours, commente Craig Erlam, analyste d'Oanda.

La Commission européenne a abaissé ce jeudi ses prévisions de croissance dans la zone euro pour 2022 et 2023, à respectivement 2,6% et 1,4%, contre 2,7% et 2,3% anticipés jusqu'ici, en raison de l'impact croissant de la guerre en Ukraine. L'inflation a quant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voici le classement des meilleures compagnies aériennes
Le Celera 500L américain pourrait voler à l’hydrogène
CAC 40 : léger rebond pour la Bourse de Paris, l'indice de confiance des consommateurs scruté
Transport aérien : des pertes de 190 milliards de dollars suite à la pandémie
Les bots, ces faux comptes au coeur de la bataille judiciaire entre Twitter et Elon Musk

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles