La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 571,47
    -1 102,98 (-3,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Corps d'une jeune fille découvert à Pontault-Combault : où en est l'enquête ?

·1 min de lecture

Un homme a été interpellé plusieurs jours après la découverte d'un corps d'une jeune fille dans une rue de Pontault-Combault, en Seine-et-Marne. 

Lundi au petit matin, le corps sans vie à moitié dénudé d'une jeune fille a été retrouvé dans une rue de Pontault-Combault, en Seine-et-Marne. La victime était âgée de 18 ans et vivait à Dunkerque, dans le Nord, chez sa mère, écrit «Le Parisien».

Un suspect âgé de 18 ans

Après plusieurs jours d'enquête, un homme a été arrêté dans cette affaire à Asnières-sur-Seine, dans Hauts-de-Seine, relate l'AFP. L'individu, également âgé de 18 ans, a été interpellé vendredi à 12h30 à son domicile familial où des perquisitions doivent être menées. Il a été placé en garde à vue. Selon les premiers éléments de l'enquête, diligentée par le parquet de Créteil, le crime n'aurait pas eu lieu à Pontault-Combault mais dans le département voisin du Val-de-Marne.

L'autopsie de la jeune fille a révélé qu'elle était morte étranglée dans la nuit de dimanche à lundi. Selon «Le Parisien», elle portait des coups au visage et des brûlures dans le dos réalisées après sa mort.


Retrouvez cet article sur Paris Match