Publicité
La bourse ferme dans 7 h 56 min
  • CAC 40

    7 672,07
    +0,73 (+0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 937,76
    -9,97 (-0,20 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0681
    -0,0025 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    2 369,70
    +0,70 (+0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 461,11
    -1 137,14 (-1,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 355,51
    -4,81 (-0,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,34
    +0,17 (+0,21 %)
     
  • DAX

    18 231,62
    -22,56 (-0,12 %)
     
  • FTSE 100

    8 280,30
    +7,84 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 069,74
    -265,58 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,2646
    -0,0014 (-0,11 %)
     

Connaissez-vous la «kakistocratie» ou le règne des incompétents ?

mangpor2004/Adobe Stock

La «kakistocratie», késaco ? Dans son dernier ouvrage intitulé La Kakistocratie ou le pouvoir des pires, la chercheuse en sciences du management Isabelle Barth s’intéresse à ce phénomène qui tend à se développer dans le monde du travail ces dernières années, avec notamment l’avènement de l’intelligence artificielle. Ce mot-valise composé de «kakistos», qui signifie en grec «les pires» et de «kratos», qui désigne «le pouvoir», aurait été employé pour la première fois en Angleterre, en 1644, dans un sermon d’un partisan du roi Charles Ier pendant la guerre civile, indique le site spécialisé HelloWorplace.

Ce n’est qu’en avril 2018 que le terme refait surface lorsque l’ex-directeur de la CIA John Brennan écrit sur Twitter (aujourd’hui X) au président américain de l’époque Donald Trump : «Votre kakistocratie s’effondre». Aujourd’hui, ce mot réapparaît. Isabelle Barth constate que ce terme est employé «très fréquemment dans le monde du travail quand les dirigeants sont considérés comme incompétents pour assumer leurs fonctions».

«Le sujet est d’actualité car le développement exponentiel du numérique, et tout particulièrement de l’intelligence artificielle, requalifie la notion d’incompétence», écrit la chercheuse dans son dernier ouvrage. En poursuivant : «Le développement des ressources en ligne, comme des propositions offertes par l’intelligence artificielle, peut donner ce que Michel Serres nommait la ‘présomption de compétences’ : nous ‘savons’. Mais avec quelle consistance ? Quelle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Salaire : voici le top 20 des métiers les mieux payés dans le privé
Réforme de l’assurance chômage : indemnités, droits des seniors… tout ce qui va changer au 1er décembre
Mon employeur me paie en retard, ai-je le droit de ne pas travailler ?
Fonction publique : cette solution trop peu utilisée pour répondre à la crise du recrutement
Salaire en alternance : combien gagnerez-vous à la rentrée de septembre 2024 ?