Marchés français ouverture 11 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1430
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    24 219,18
    -164,14 (-0,67 %)
     
  • BTC-EUR

    37 460,86
    -654,76 (-1,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 029,77
    +4,04 (+0,39 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Congrès LR: pour Attal, Pécresse est condamnée à "faire campagne entre reniement et ambiguïté"

·2 min de lecture
Le porte-parole du gouvernement  Gabriel Attal le 24 novembre 2021 à Paris  - Thomas COEX © 2019 AFP
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 24 novembre 2021 à Paris - Thomas COEX © 2019 AFP

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a été interrogé par Le Parisien sur la victoire ce samedi de Valérie Pécresse lors du congrès Les Républicains. La présidente de la région Île-de-France représentera donc ce parti pour la présidentielle de 2022. Mais pour Gabriel Attal, une tâche difficile l'attend au sein d'un parti tiré très à droite par Éric Ciotti, perdant au second tour de la primaire.

"Quel que soit le gagnant, il est condamné à devoir obéir à une ligne extrême et faire campagne entre reniement et ambiguïté", selon Gabriel Attal. "Je prends un exemple: Valérie Pécresse ne s’est pas démarquée d’Éric Ciotti, qui a assumé préférer Zemmour à Macron", déclare-t-il.

"Un mauvais remake de la primaire des Verts"

Selon lui "Valérie Pécresse va devoir multiplier les acrobaties pour rassembler des lignes antagonistes, sous un drapeau qu’elle a elle-même déchiré en quittant ce parti". Depuis la publication des résultats du congrès, la droite affiche toutefois un front uni, et Valérie Pécresse a déclaré sur TF1 que ses opposants lors du scrutin LR auraient "tous leur place dans ma campagne".

876450610001_6285215193001

Mais pour Gabriel Attal, cette primaire est "un mauvais remake de la primaire des Verts : même nombre de votants, même manque d’enthousiasme", et "même scénario d’un outsider extrême qui émerge et prend en otage la ligne politique. Éric Ciotti, c’est la Sandrine Rousseau des LR" déclare-t-il. La seule différence entre les deux primaires, "c’est que, dans ses débats, LR a remplacé 'déconstruction' par 'immigration'", pour lui.

Il attaque d'autre part Valérie Pécresse sur ces nombreux mandats politiques passés (députée, ministre plusieurs fois, conseillères municipale...), parlant d'un "retour de la rente en politique (...) une rente de situation où on a peur de tout et où l’on refuse de bousculer les ordres établis".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles